Ecoutez Radio Sputnik
    Situation en Syrie

    Syrie: Assad pointe les causes de la crise

    © REUTERS / Bassam Khabieh
    International
    URL courte
    22973

    L'origine du conflit en Syrie réside dans l'intervention américaine en Irak en 2003, estime le président syrien Bachar el-Assad.

    La crise syrienne a été en partie provoquée par l'opération militaire menée par les Etats-Unis en Irak, qui avait contribué à attiser la haine interconfessionnelle dans la région, estime le président syrien Bachar el-Assad.

    "La guerre irakienne de 2003 (…) est le moment crucial dans les événements précédant la crise syrienne. Nous sommes des voisins de l'Irak, et nous étions conscients que cette guerre entraînerait la scission confessionnelle du pays (…). C'est pourquoi les origines de cette crise résident dans la guerre qui a provoqué la division de l'Irak et a exercé une influence sur la situation en Syrie, en rendant plus simple l’attisement des tensions interconfessionnelles dans le pays", a expliqué le dirigeant syrien lors d'une interview accordée aux médias russes.

    Dans le même temps, le soutien apporté par l'Occident aux terroristes afghans au début des années 1980 a également joué un rôle dans la crise actuelle, selon M.Assad. Il a en outre accusé les Etats-Unis d'avoir "parrainé" le groupe Etat islamique apparu en Irak en 2006.

    "Il y a des fautes et il y a des échecs, mais elles n'expliquent pas tout. Sinon, pourquoi n'y-a-t-il pas de révolutions dans les pays du Golfe, et surtout en Arabie saoudite, qui n'a pas la moindre idée de ce que c'est la démocratie?", s'interroge M.Assad.

    Lire aussi:

    Syrie: Poutine propose une stratégie de règlement de la crise
    Syrie: de nouveaux pourparlers Poutine-Obama pas exclus
    Syrie: 56% des Français pour une opération au sol
    Avions russes en Syrie: Washington ferait pression sur l'Irak
    Tags:
    haine, crise syrienne, ingérence, intervention, tensions, opération militaire, religion, Etat islamique, Bachar el-Assad, Syrie, Irak, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik