International
URL courte
15235
S'abonner

Outre le commerce de pétrole, de biens culturels volés et de rançons, Daesh profite aussi des revenus tirés de la vente d'organes humains.

Chrétiens capturés par l'EI
© REUTERS / Social media via Reuters TV
Depuis décembre dernier, une rumeur circule selon laquelle l'Etat Islamique aurait recouru au trafic d'organes pour augmenter sa trésorerie. Cette information remise auparavant en doute, est maintenant confirmée par le responsable du parti démocrate du Kurdistan irakien, Saïd Mamozini.

Dans un entretien accordé à l'agence Sputnik, M.Mamozini a annoncé que les djihadistes avaient ouvert à la mi-juillet, dans la capitale irakienne du "califat" proclamé par l'EI, une clinique dédiée au trafic d'organes.

Selon M.Mamozini, la majorité de la population locale est contrainte de vendre ses organes afin de ne pas mourir de faim.

"Pas de travail, nous ne pouvons même pas quitter la ville afin d'en trouver. Donc, il ne nous reste qu'à vendre nos organes", déclarent des habitants de Mossoul, cités par Saïd Mamozini.

Combattants d'État islamique en Syrie (Archives)
© AP Photo / Militant Website
Le responsable du parti démocrate du Kurdistan irakien précise également que les islamistes ne se préoccupent même pas des gens qui sont en face d'eux, s'il s'agit de femmes, d'enfants ou de personnes âgées.

"Ils enlèvent des organes à tout le monde. Ils menacent leurs prisonniers de mort ou promettent de les libérer en échange d'un organe nécessaire. Les djihadistes achètent les organes pour 4 millions de dinars (environ 3.500 dollars, ndlr) afin de les vendre à des prix beaucoup plus élevés. Le trafic d'organes est organisé presque partout en Irak. En outre, nous savons aussi que les islamistes envoient les organes en Syrie", a indiqué à Sputnik Saïd Mamozini.

Lire aussi:

Trafic d'organes: l'APCE préoccupée par l'ampleur du problème
L’UE s’insurge auprès de l’OMC concernant la politique russe de substitution des importations
Le chef des urgences de l'hôpital Pompidou à Paris, Philippe Juvin, dans la course à la présidentielle
Les vaccins à ARN messager modifient notre code génétique? La crainte des anti-vaccins passée au crible
Tags:
trafic d'organes, djihadisme, Etat islamique, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook