Ecoutez Radio Sputnik
    Situation en Syrie

    Moscou s'applique à sauver l'unité de l'Etat syrien

    © Sputnik . Andrey Stenin
    International
    URL courte
    56902
    S'abonner

    Selon la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova, le soutien de la Russie ne va pas personnellement au président syrien Bachar el-Assad, mais à l'ensemble de l'Etat de Syrie.

    La Russie ne réserve pas de traitement particulier à Bachar el-Assad dans ses relations, "il y a une attitude conceptuelle envers la Syrie et toute une région", a déclaré Maria Zakharova dans une interview accordée aux medias russes.

    "L'Etat de Syrie a besoin d'un soutien, pas personnellement d'Assad mais d'un Etat, afin d'y imprégner, au moins, un certain modèle de gouvernance. Ce modèle existe et il fonctionne", a rapporté Mme Zakharova.

    En outre, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a également noté que la lutte contre les islamistes en Syrie et dans la région Proche-Orient en général exige la consolidation de différentes forces, y compris celles des officiels de Damas.

    Depuis le début de la crise syrienne, de hauts responsables américains ont à plusieurs reprises déclaré que Bachar el-Assad avait "perdu sa légitimité" en tant que dirigeant syrien. Les Etats-Unis se prononcent contre l'octroi de toute assistance au gouvernement de Damas dans sa lutte contre les groupes armés opérant sur le territoire syrien.

    Pour sa part, Moscou appelle la coalition internationale qui combat les djihadistes de l'EI en Syrie et en Irak à coopérer avec les autorités syriennes sous l'égide de l'Onu afin de venir à bout de l'organisation terroriste.

    Lire aussi:

    McFaul: le sort d'Assad est entre les mains du peuple syrien
    Armée russe en Syrie? Moscou étudiera la question si Damas le demande
    Echec de la stratégie US en Syrie: nouveau programme à venir
    Tags:
    islamisme, Maria Zakharova, Bachar el-Assad, Proche-Orient, Damas, Moscou, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik