Ecoutez Radio Sputnik
    Josh Earnest

    Bases russes en Syrie: pas de confirmation de la Maison Blanche

    © AP Photo/ Carolyn Kaster
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (2014) (607)
    122355293

    Washington ne confirme pas les informations des médias concernant deux bases militaires russes que la Russie construirait en Syrie.

    La Maison Blanche ne confirme pas les informations des médias sur deux bases militaires que la Russie construirait en Syrie. "Je ne peux pas confirmer ces informations", a indiqué le porte-parole du président américain, Josh Earnest, lors d'un point de presse mardi.

    Washington est au courant, selon lui, que Moscou envoie en Syrie " véhicules et armements" pour soutenir le président Bachar al-Assad. M. Earnest considère ces actes comme "déstabilisants et contre-productifs".

    Les objectifs poursuivis par la Russie en Syrie ne sont pas clairs pour les Etats-Unis, a-t-il en outre déclaré. "Mais nous sommes toujours intéressés à ce que la Russie nous envoie un signal témoignant de sa volonté d'accorder un soutien constructif à la coalition internationale", a poursuivi le responsable. Washington saluerait les actions confirmant l'intention de la Russie de combattre le groupe Etat islamique.

    Le Kremlin a auparavant refusé de commenter les informations de certains médias sur la prétendue construction par la Russie de deux nouvelles bases militaire en Syrie.

    La semaine dernière, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a souligné que Moscou "soutenait toutes les actions qui contribuent à affaiblir a menace terroriste dans la région" mais qu'il fallait "agir contre le terrorisme uniquement sur la base du droit international". Il n'y a aucune raison, selon lui, d'éviter de coopérer avec les dirigeants syriens. Premièrement, ils font face à cette menace terroriste, deuxièmement, le président syrien est le commandant en chef des forces terrestres les plus opérationnelles qui combattent le terrorisme, a fait ressortir le ministre. Renoncer à cette possibilité, ignorer le potentiel de l'armée syrienne en tant que partenaire et allié dans la lutte contre l'EI, signifie sacrifier la sécurité de la région toute entière à des calculs politiques et géopolitiques, selon lui. "Nous préconisons un travail basé uniquement sur le droit international", a martelé Sergueï Lavrov.

    Dossier:
    Situation en Syrie (2014) (607)

    Lire aussi:

    La Russie a-t-elle le droit d'effectuer des frappes aériennes en Syrie?
    Présence russe supposée en Syrie: beaucoup de bruit pour rien
    Boston Globe: la Russie n'est pas l’ennemi des Etats-Unis
    Sarkozy: la situation en Syrie peut être réglée avec l'aide de la Russie
    Tags:
    Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik