Ecoutez Radio Sputnik
    Ukraine

    Le régime de Kiev de nouveau ébranlé?

    © AFP 2017 Sergei Supinsky
    International
    URL courte
    15424553

    Selon le journal allemand Deutsche Wirtschafts Nachrichten, dans la situation de la crise du pouvoir en Ukraine, le pays est actuellement menacé par la perspective d'un nouveau conflit militaire dans les régions située à l'ouest du pays.

    Selon l'édition, alors que la faiblesse du gouvernement ukrainien se révèle aujourd'hui au grand jour, beaucoup d'hommes politiques, notamment les partisans de Ioulia Timochenko, sont prêts à soutenir l'extrême droite ukrainienne, dont les représentants se prononcent systématiquement contre les décisions des autorités actuelles du pays.

    A la veille des élections municipales du 25 octobre, la coalition dirigeante du pays, composée des mouvements du premier ministre Areseni Iatseniouk, du président Piotr Porochenko et de Ioulia Timochenko, a commencé à s'effondrer. Les autorités ukrainiennes semblent être touchées par de graves problèmes politiques.

    Début septembre, le Parti radical est sorti de la coalition en raison d'un désaccord avec les décisions portant sur la décentralisation de l'Ukraine. Ce sujet est également évoqué par les partisans de Mme Timochenko dans leur critique adressée aux autorités ukrainiennes.

    L'édition cite également l'observateur de Telepolis, Florian Rotzer, qui estime que le Parti radical et les militants de Mme Timochenko sont soumis à une pression de la part de la droite. Selon l'analyste, les nationalistes ukrainiens sont très attachés à l'idée d'un pouvoir centralisé et sont extrêmement défavorables envers tout principe de décentralisation.

    Lire aussi:

    Liberté des médias: l'OSCE critique l'Ukraine et les pays baltes
    La Banque mondiale prédit à l’Ukraine une violente récession
    Ukraine: le secrétaire général de l'Otan en visite de deux jours
    L’Ukraine entame la restructuration de sa dette
    Tags:
    coalition, décentralisation, nationalistes, crise, Ioulia Timochenko, Arseni Iatseniouk, Piotr Porochenko, Kiev, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik