Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine

    Poutine revient en force: les réactions

    © Sputnik. Evgeny Biyatov
    International
    URL courte
    97175041705

    Le discours de Vladimir Poutine à l'ONU se trouve au cœur des débats. Personne n'a pu rester indifférent: la presse comme les réseaux sociaux.

    Les diplomates de la délégation ukrainienne ont levé, lors de l'intervention du président russe Vladimir Poutine, un drapeau ukrainien troué par des balles.

    Le président ukrainien Piot Porochenko a quant à lui quitté la salle lors de l'allocution du chef de l'Etat russe.

    D'après la journaliste de CNN Christiane Amanpour, Vladimir Poutine a présenté une vision "intelligente" du monde à l'ONU.

    La journaliste a remarqué que M. Poutine avait parlé de beaucoup de choses, y compris de la Syrie, ce qui n'a rien de surprenant.

     "Il a clairement dit que le monde avait fait une faute en ayant décidé de ne pas coopérer avec le gouvernement syrien, de ne pas coopérer avec (Bachar El) Assad, car Assad est le seul homme capable de lutter contre l'EI et qui le fait actuellement. Ensuite, il a dit que c'était la seule issue à cette situation tragique", a remarqué Christiane Amanpour.

    "C'est sa vision sur ce qui se passe en Syrie, et c'est une vision intelligente. Il a fait beaucoup, y compris à la télévision en Russie, pour expliquer que l'EI et son culte représentent une grande menace pour le monde… Ainsi, il a évoqué ce qui préoccupe la plupart des gens, la lutte contre l'Etat islamique, mais il a ajouté sa cerise sur le gâteau, il a appelé à laisser Assad tranquille  pour le moment. Et c'est une question importante, car actuellement, le président Obama et d'autres s'apprêtent visiblement à choisir cette voie", a-t-elle souligné. 

    Les journalistes du New York Times estiment que si le président américain aspire vraiment à régler le conflit syrien, il n'a qu'à négocier avec Vladimir Poutine:

     "Peu importe que cela soit pénible pour lui, le président Obama n’a pas d’autre choix que d’essayer de coopérer avec le président Poutine si on veut en finir avec la débâcle en Syrie, tout comme il a été obligé de collaborer avec la Russie pour obtenir un accord avec l’Iran”, pointent les journalistes.

    Et le Time d'ajouter: si le président russe parvient à convaincre le président américain sur la question syrienne, ce sera le plus grand triomphe diplomatique de ces dernières 15 années.

    Les journalistes de Komsomolskaya Pravda (KP) ont demandé aux habitants de Damas, la capitale syrienne, leur opinion sur le discours de Vladimir Poutine à l'Onu. Ils disent que leur espoir renaît.

    Vladimir Poutine
    © Sputnik. Evgeny Biyatov

    "Bien sûr que nous avons tous attendu que Vladimir Poutine déclare un soutien militaire direct de la Syrie par ses troupes. Mais nous comprenons tous qu'il ne fera pas comme les États-Unis, à contourner le droit international. C'est pourquoi l'initiative de réunir le Conseil de sécurité en coordination de la lutte contre les terroristes semble logique. Au moins, un espoir est apparu chez  nous", confie à KP un jeune Syrien.

    Libération, bien que toujours sur ses gardes, suppose que "s’il (Vladimir Poutine) parvient à imposer son plan de coalition élargie en renforçant Al-Assad au passage, c’est-à-dire +faire céder Washington+, Poutine remportera l’une de ces victoires qui remplissent d’orgueil les Russes".

     

    "Il a parfaitement raison": la réaction des réseaux sociaux 

    Poutine est probablement le seul leadeur à l'ONU qui comprend correctement des questions globales

    Bill Tatro estime que si les présidents Obama et XI jouent aux dames, le président Poutine joue aux échecs.

    Dans le même temps, les habitants de New York sont descendus dans les rues pour soutenir Vladimir Poutine.

    En attendant, le hashtag #PutinPeacemaker est dans le top de Twitter.


    Lire aussi:

    Kremlin: Poutine n’est pas l’avocat d’Assad, il défend le droit international
    Who is Mr. Putin: retour sur 17 ans de politique du dirigeant russe
    Trump sur la rencontre avec Poutine: «J’ai été très dur»
    Tags:
    ONU, Vladimir Poutine, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik