Ecoutez Radio Sputnik
    Bashar el-Assad

    Assad: la coopération avec la Russie sauvera la Syrie

    © AFP 2017 SANA
    International
    URL courte
    2111921684

    La coopération entre la Russie, la Syrie, l'Iran et l'Irak dans la lutte contre le terrorisme est indispensable pour sauver la région, estime le président syrien Bachar el-Assad.

    "L'alliance entre la Russie, la Syrie, l'Iran et l'Irak va produire des résultats concrets"

    Pour Bachar el-Assad, la coalition formée par la Russie, la Syrie, l'Iran et l'Irak doit réussir ou la région sera détruite. "La majorité des pays se rendent compte de la menace terroriste, nous voyons que plusieurs Etats se sont prononcés pour cette coalition, j'estime donc que ses chances de succès sont élevées", a-t-il déclaré dans un entretien à la chaîne de télévision iranienne Khabar TV.

    M. el-Assad a fait remarquer que depuis la création de la coalition dirigée par les Etats-Unis, dont il qualifie les frappes aériennes de "contre-productives", la surface d'action des terroristes s'est élargie et le nombre des djihadistes a augmenté. Au contraire, l'alliance constituée par la Syrie, la Russie, l'Iran et l'Irak pour lutter contre le "terrorisme" produira des résultats concrets, indique le président.


    "Si mon départ est une solution, je le ferai"

    M. el-Assad estime que toute discussion sur le système politique syrien est une affaire interne du pays. Le dirigeant syrien a souligné que la Russie n'a rien imposé à Damas surtout dans cette période de crise. M. el-Assad a également déclaré qu'il n'hésiterait pas à démissionner si cela pouvait résoudre la crise dans le pays. "Si mon départ est une solution, je le ferai", lit-on sur la page Twitter officielle du président syrien, reprenant son entretien.

    Bachar el-Assad estime que les pays occidentaux sont coupables de la crise migratoire qui a frappé l'Europe.

    "Ils désignent les événements comme une tragédie humanitaire, alors qu'ils sont à l'origine de cette situation par leur soutien au terrorisme et les sanctions infligées à la Syrie". "D'une main ils tirent sur les réfugiés, et de l'autre ils les nourrissent. Voilà ce que fait l'Occident" a déclaré le dirigeant syrien.

    Le président russe Vladimir Poutine s'est adressé au Conseil de la Fédération (sénat russe) pour obtenir la permission d'utiliser les forces armées russes à l'étranger et a reçu son accord. La Russie a donc lancé une opération aérienne militaire en Syrie. L'ambassadeur de Syrie en Russie Riad Haddad a confirmé que les frappes aériennes russes ciblent les positions des terroristes et non pas l'opposition ou les civils. Selon M. Haddad, l'armée syrienne dispose des coordonnées exactes des positions des djihadistes.

    Le droit international permet l'utilisation de la force militaire sur le territoire d'un Etat étranger soit conformément à une décision du Conseil de sécurité de l'Onu, soit dans un cas d'autodéfense, soit à la demande des autorités du pays. Depuis septembre 2014, la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis frappe les positions de l'Etat islamique en Syrie, violant la souveraineté de la Syrie.

    Lire aussi:

    Le Caire soutient l'opération russe en Syrie
    Désinformation sur la Syrie: Peskov remet les pendules à l'heure
    Syrie: il n'y a que des terroristes dans la zone d'action russe, admet Washington
    L'UE penche pour la solution russe en Syrie
    Tags:
    coalition, frappe aérienne, Conseil de sécurité de l'Onu, Etat islamique, Bachar el-Assad, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik