Ecoutez Radio Sputnik
    Le portait du président syrien Bachar al-Assad

    Le chef d'al-Nosra offre 3 M EUR pour la tête d'Assad

    © AFP 2018 Louai Beshara
    International
    URL courte
    57470

    Le président syrien ainsi que le secrétaire général du Hezbollah ont désormais leur tête mise à prix pour des montants respectifs de 3 et 2 millions d'euros.

    Le chef de la filiale syrienne du réseau terroriste Al-Qaïda, Abou Mohammed al-Joulani, a promis de verser "3 millions d'euros à quiconque tuerait Bachar el-Assad", a rapporté mercredi Le Figaro.

    "Combien de temps encore le sang des musulmans va-t-il couler pour un homme qui aime son pouvoir? Combien de temps les musulmans doivent-ils attendre pour recouvrer leurs droits?", a scandé le chef du Front al-Nosra dans un enregistrement audio diffusé lundi soir.

    En outre, d'après le quotidien français, le chef de la branche d'Al-Qaïda a assuré qu'il offrirait ce montant même si le président syrien était tué par un membre de sa famille et que le groupe Front al-Nosra protégerait non seulement le meurtrier mais aussi son clan.

    Mais ce n'est pas la seule "proposition" faite par Abou Mohammed al-Joulani dans cet enregistrement.

    Selon le chef d'al-Nosra, 2 millions d'euros seront versés à celui qui tuera le chef du mouvement libanais Hezbollah, Hassan Nasrallah. Il est d'ailleurs précisé que cet appel au meurtre concerne non seulement les sunnites, dont lui-même fait partie, mais aussi les musulmans chiites qui composent le groupe Hezbollah.

    Le Figaro indique également que malgré le renforcement de la sécurité du leader du Hezbollah contre ses nombreux ennemis, ces derniers temps plusieurs hauts responsables du groupe ont été assassinés par le Mossad israélien.

    Lire aussi:

    Bachar Assad : "Si démissionner est la solution, je n'hésiterai pas à le faire"
    Fabius: pas d'unité en Syrie tant qu'Assad sera au pouvoir
    Syrie: existe-t-il une alternative à Bachar el-Assad?
    Tags:
    Le Figaro, Front al-Nosra, Al-Qaïda, Hezbollah, Bachar el-Assad, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik