International
URL courte
421464
S'abonner

Les forces aériennes russes ont frappé 49 positions de l'Etat islamique en Syrie ces dernières 24 heures, rapporte le ministère russe de la Défense.

"Les avions russes ont réalisé 33 sorties depuis la base syrienne de Hmeimim et détruit 49 objets d'infrastructure de l'EI dans les provinces de Damas, de Hama, d'Idleb, de Lattaquié et d'Alep", a annoncé lundi le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

Parmi les objets visés par des frappes russes figuraient deux centres de commandement, trois dépôts d'armes et de munitions, deux bunkers, 32 positions de tir et 9 zones fortifiées, ainsi qu'un atelier de production de lanceurs et de fusées.

En outre, les avions russes ont détruit un centre de commandement appartenant au groupe terroriste Jabhat al-Nosra dans la province d'Idleb.

A l'issue de ces missions, une grande base de transit avec des abris souterrains dans la province de Hama a été anéantie, rapporte le ministère. 

Selon le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, les avions russes Su-25 ont également détruit un camp d'entraînement des terroristes dans la province de Lattaquié. 

"Tous les avions russes ont regagné l'aérodrome de Hmeimim à l'issue de leurs missions de combat", a indiqué le général Igor Konachenkov, porte-parole du ministère.

La Russie mène depuis le 30 septembre une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustible appartenant à l'EI.

Lire aussi:

Assaut du Capitole: «Donald Trump et ses supporters sont tombés dans un piège»
Le licenciement «secret» de Jérôme Salomon de l’Institut Pasteur en 2012 refait surface
Israël intensifie ses bombardements en Syrie, Joe Biden visé?
Ces applications «dangereuses» à supprimer du smartphone, selon des spécialistes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook