International
URL courte
301053
S'abonner

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré qu'il aurait eu honte de faire des déclarations semblables à celles du premier ministre bulgare Boïko Borissov. Selon lui, la politique étrangère doit être pragmatique et fondée sur le principe de dignité.

C'est surprenant, à quel point les gens n'ont pas honte de faire de telles déclarations, a dit le ministre dans un entretien pour l'une des principales chaînes russes NTV.

"J'ai été surpris de lire une citation stupéfiante du premier ministre bulgare Boïko Borissov qui a déclaré que la Bulgarie avait refusé de réaliser des projets énergétique avec la Russie, y compris le South Stream et une centrale nucléaire, y compris l'oléoduc Burgas-Alexandroupolis, au profit des États-Unis. Et voilà pourquoi les États-Unis doivent aider la Bulgarie à acquérir le régime sans visas et ainsi de suite. C'est surprenant!", a constaté M. Lavrov.

Pour tout grand pays qui se respecte, comme par exemple la Russie, la politique étrangère doit se fonder sur le principe de dignité: le respect du peuple, de l'histoire, de la culture et de ses convictions, a ajouté le diplomate.

Plus tôt en octobre, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a appelé l'Europe à traiter Moscou avec plus de respect et à travailler sur l'amélioration des relations avec la Russie, au lieu de céder aux dictats de Washington au détriment de ses propres intérêts, lors d'un discours-surprise prononcé dans la ville allemande de Passau (sud).

Lire aussi:

Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée visible depuis Paris - images
Valls ministre des Affaires étrangères? Une note secrète dévoilée par Marianne évoque un possible remaniement
Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Hommage à George Floyd: 1.500 manifestants et des heurts à Rouen - images
Tags:
politique étrangère, diplomatie, visas, oléoduc Burgas-Alexandroupolis, South Stream, Boïko Borissov, Jean-Claude Juncker, Sergueï Lavrov, Bulgarie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook