Ecoutez Radio Sputnik
    soldats américains

    Lutte anti-EI: les critiques de Poutine font tiquer Washington

    © AFP 2019 David Furst
    International
    URL courte
    La lutte contre Daech (229)
    5113106

    Selon des représentants du département d'Etat des Etats-Unis, Washington a "construit ce qui semble être une coalition efficace" afin de lutter contre l'EI.

    Le gouvernement US récuse les critiques contre son approche de la lutte contre le terrorisme international émises jeudi par le président russe Vladimir Poutine, a rapporté le chef adjoint du service de presse du Département d'Etat américain Mark Toner.

    "Nous restons fidèles à notre approche appliquée afin de lutter contre le terrorisme, que cela soit la lutte contre le réseau Al-Qaïda ou le groupe Etat islamique (EI) dans la région (du Proche-Orient, ndlr)", a souligné le représentant du Département d'Etat US, commentant l'intervention du chef d'Etat russe lors de la 12e réunion annuelle du club de discussion international Valdaï à Sotchi.

    Selon M.Toner, Washington a "mis sur pied ce qui semble être une coalition efficace" afin de lutter contre l'EI en Irak et en Syrie. Il a précisé qu'il ne s'agissait d'ailleurs que d'une des composantes de la stratégie antiterroriste américaine.

    Le diplomate américain a indiqué que les Etats-Unis étaient "d'accord avec la Russie sur le fait qu'il faut anéantir l'EI". Pourtant, Washington considère que la Syrie a besoin d'une "transition politique" qui ne peut pas inclure le président Bachar el-Assad. Mark Toner a rappelé que le gouvernement américain estimait que "le régime syrien n'est pas viable et ne paraît pas fiable dans la lutte contre l'EI".

    Mark Toner a également assuré que "l'opposition syrienne modérée" existait bel et bien. Il faut faire tout le nécessaire pour qu'elle ait "la possibilité de participer à une transition politique importante et inclusive", a-t-il fait savoir.

    Cette déclaration constituait la réponse de la diplomatie américaine à l'appel de Vladimir Poutine à conjuguer les efforts de tous dans la lutte contre le terrorisme, en incluant notamment les forces armées de l'Irak et de la Syrie, des groupes des combattants kurdes, et des groupes d'opposition qui sont "réellement prêts à contribuer à la défaite des terroristes".

    Lors de la réunion du club de discussion Valdaï, Vladimir Poutine a condamné les tentatives de diviser les groupes terroristes en "modérés" et "extrémistes".

    "Il ne faut pas jouer sur les mots et diviser des terroristes en groupes modérés et non modérés. Il est temps que toute la communauté internationale comprenne enfin à qui on a affaire — il s'agit d'un ennemi de la civilisation, de l'humanité et de la culture mondiale, qui prône une idéologie de haine et de barbarie, qui ne respecte pas la morale, les valeurs des religions mondiales, y compris celles de l'islam, en ne faisant que le compromettre", a souligné le président russe.

    Depuis août 2014, une coalition internationale conduite par les Etats-Unis intervient militairement contre l'Etat islamique, mais sans succès évident.

    Le 30 septembre, l'Armée de l'air russe a entamé une opération militaire contre l'EI en Syrie. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustible appartenant à l'EI.

    Le 7 octobre, des missiles russes ont également été tirés sur les sites de l'EI depuis des navires en mer Caspienne.

    Au total, depuis le début de l'opération aérienne l'aviation russe a réalisé plus de 900 vols en Syrie, détruisant plus de 800 sites des combattants du groupe djihadiste Etat islamique.

     

    Dossier:
    La lutte contre Daech (229)

    Lire aussi:

    Les Kurdes syriens saluent la rencontre Poutine-Assad
    Poutine: Assad favorable au soutien par Moscou de l'opposition syrienne anti-EI
    Opération russe en Syrie: 819 sites djihadistes détruits
    Tags:
    Mark Toner, stratégie, coopération, lutte antiterroriste, coalition, politique, frappe aérienne, terrorisme, Département d'Etat des Etats-Unis, Etat islamique, Vladimir Poutine, Washington, Proche-Orient, Damas, Moscou, Syrie, Irak, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik