Ecoutez Radio Sputnik
    L'administration du président Barack Obama mène des débats houleux sur le déploiement des forces armées en Syrie

    Etats-Unis: débats houleux sur une zone d'exclusion aérienne en Syrie

    © AFP 2019 Cristina Quicler
    International
    URL courte
    Frappes aériennes russes contre les terroristes en Syrie (419)
    1136128
    S'abonner

    Certains fonctionnaires américains mettent la pression sur l'administration Obama afin qu’elle protège l'opposition syrienne.

    L'administration du président Barack Obama mène des débats houleux sur le déploiement des forces armées en Syrie dans l'objectif d'établir une zone d'exclusion aérienne et des zones sécurisées destinées à protéger la population du pays, rapporte le New York Times citant une source à la Maison Blanche.

    Le journal souligne que la Maison Blanche perçoit cette idée avec scepticisme. Pourtant, dans le contexte de la crise migratoire et de l'opération militaire russe en Syrie, Barack Obama commence à ressentir une pression croissante le poussant à adopter des mesures vigoureuses.

    Selon la source, lundi lors d'une réunion à la Maison Blanche, le secrétaire d'Etat John Kerry et d'autres fonctionnaires "ont recommencé à mettre la pression pour recourir aux forces aériennes afin de protéger des Syriens des bombardements".

    Pourtant, le secrétaire à la Défense américain Ashton Carter s'oppose à cette idée. Selon lui, pour le faire, Washington sera obligé d'augmenter ses dépenses en Syrie de façon non-négligeable. En outre, le chef du Pentagone a mis en garde contre le risque de conflit avec les militaires russes au cas où les Etats-Unis essaieraient de bloquer certaines zones du pays.

    Des fonctionnaires américains ont également discuté de la possibilité d'instaurer des zones sécurisées pour la population civile aux frontières entre la Syrie et la Turquie et la Jordanie, en proposant différentes versions, y compris la création de zones sécurisées afin de livrer l'aide humanitaire d'un côté et de protéger l'opposition syrienne, soutenue par les Etats-Unis, de l'autre.

    Le New York Times fait remarquer que Barack Obama était absent lors de la réunion, qui était dirigée par le conseiller à la sécurité nationale des Etats-Unis Susan Rice. Aucune décision n'a pas été prise.

    Depuis 2011, la Syrie est déchirée par un conflit armé qui a fait plus de 250.000 morts. Début 2014, le groupe djihadiste Etat islamique a commencé à intensifier son activité dans la région du Proche-Orient en cherchant à créer un califat sur les territoires irakiens et syriens tombés sous son contrôle. Selon les données de la CIA, à présent près de 30.000 personnes venant de près de 80 pays du monde combattent dans les rangs de l'EI.

    Depuis août 2014, une coalition internationale conduite par les Etats-Unis intervient militairement contre ce groupe.

    Le 30 septembre l'Armée de l'air russe a entamé une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustible appartenant à l'EI.

     

    Dossier:
    Frappes aériennes russes contre les terroristes en Syrie (419)

    Lire aussi:

    Syrie: les militaires russes et jordaniens coordonneront leurs actions
    Armée syrienne: 45 terroristes de l'EI tués dans une frappe aérienne
    Syrie: les lance-flammes à roquettes russes contre les positions de l'EI
    Tags:
    The New York Times, lutte antiterroriste, protection, opposition, frappe aérienne, défense, bombardements, Etat islamique, Barack Obama, Washington, Damas, Moscou, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik