Ecoutez Radio Sputnik
    Un soldat de l'armée US avec un drapeau

    La fin de la guerre froide a privé les USA de leur mission

    © AFP 2019 Petras Malukas
    International
    URL courte
    34533
    S'abonner

    En gagnant la guerre froide, Washington s'est montré incapable de formuler un nouvel objectif et échoue toujours à définir la mission actuelle des Etats-Unis dans le monde, estime l'ex-directeur de la communication de l'administration Reagan.

    La victoire dans la guerre froide a privé la nation américaine de sa mission, écrit Patrick Buchanan, l'ex-chef de la communication de Ronald Reagan, actuellement journaliste et écrivain.

    "A l'époque nous avions une idée", souligne-t-il dans son article publié dans la revue The American Conservative.

    Les présidents US guidaient la nation, en fixant la victoire dans la guerre froide comme le but suprême.

    "Quand la guerre a été finie en 1990, les Etats-Unis se sont sentis perdus en ce qui concerne l'objectif pour lequel leurs fils devaient vivre, se battre et mourir, si nécessaire", fait remarquer Patrick Buchanan.

    Au cours des années suivantes, les hommes politiques US ont cherché à atteindre plusieurs objectifs. Parmi eux — la construction du nouvel ordre mondial de George Bush père, l'internationalisme libéral de Bill Clinton dans les Balkans, la lutte avec "l'axe du mal" de George W. Bush, ainsi que les croisades pour la démocratie qui se sont soldées par un échec.

    Selon le journaliste, la promesse faite par Barack Obama de mettre fin aux guerres entamées par George W. Bush et de retirer les forces armées a été récompensée par deux mandats présidentiels. Ceci atteste du refus du peuple
    américain de participer à de nouveaux conflits.

    "Cette nouvelle réalité soulève de sérieuses questions. Quelle est l'idée américaine aujourd'hui? Quelle est notre mission? A quelles fins, outre la protection de nos citoyens, des intérêts clés et des alliés importants, sommes-nous prêts à envoyer des troupes, comme nous l'avons fait en Corée, au Vietnam, au Koweït, en Irak ou en Afghanistan?", s'interroge l'écrivain.

    Henry Kissinger, diplomate américain, estime que le but principal est de rétablir l'architecture stratégique qui est en train d'être détruite. Les néoconservateurs et les interventionnistes veulent résister à la Russie et à l'Iran. Des hommes politiques comme Barack Obama, Donald Trump ou encore Bernie Sanders estiment que les Etats-Unis ne devraient pas participer à des actions militaires, fait remarquer Patrick Buchanan.

    "Les Etats-Unis sont un pays divisé non seulement sur les moyens d'atteindre leurs objectifs dans le monde, mais aussi en ce qui concerne ces buts eux-mêmes", conclut l'ex-chef de communication de l'administration Reagan.

     

    Lire aussi:

    Washington toujours aussi frileux dans sa coopération avec la Russie
    Le refus de dialoguer avec Moscou de mauvais augure pour Washington
    Damas: "Les Etats-Unis ne luttent pas vraiment contre le terrorisme"
    Tags:
    politique, stratégie, diplomatie, Henry Kissinger, Ronald Reagan, Barack Obama, George W. Bush, George Bush, Irak, Syrie, Proche-Orient, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik