Ecoutez Radio Sputnik
    Soldat syrien

    Les Russes frappent l'EI, les Syriens reprennent espoir

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (2014) (607)
    651263
    S'abonner

    Il y a quelques semaines, les habitants de Damas ne plaçaient pas d'espoir dans un avenir pacifique dans leur pays enlisé dans la guerre civile, mais aujourd'hui, face aux raids russes, les locaux se montrent de plus en plus optimistes à ce sujet et se réjouissent des progrès de l'aviation russe.

    La campagne militaire russe, entamée le 30 septembre, commence déjà à porter ses fruits, avec plus de 900 sorties réalisées et un peuple syrien ragaillardi. Le Syrien Firas Kiwani, par exemple, était déterminé à quitter Damas, sa ville natale, mais les raides menés par l'aviation russe l'ont fait changer d'avis.

    "La situation est bien meilleure aujourd'hui. J'ai donc repoussé ma décision de partir en attendant de voir comment cela évolue sur le terrain", a déclaré M. Kiwani.

    La guerre civile fait rage depuis déjà quatre ans et demi, et l'armée syrienne ne faisait "aucun progrès majeur", constate Mohammad Wassim al-Khalidi, commerçant syrien. L'intervention russe est arrivée donc "au bon moment", selon lui, et a contribué grandement à l'avancée de l'armée syrienne.

    "Avec le début des frappes russes, l'armée syrienne a commencé à avancer et c'est une bonne chose", a fait remarquer M. Kiwani, réjoui.

    "Maintenant", rajoute M. al-Khalidi, "l'armée a avancé à Daraya, Homs et Alep".

    soldats de l'armée syrienne
    © Sputnik . Mikhail Voskresensky

    Avant que Moscou ait décidé d'intervenir directement dans le conflit syrien, l'armée syrienne était épuisée, capable seulement de repousser certaines attaques et perdant essentiellement du terrain. Apparemment, les troupes étaient "fatiguées", a dû reconnaître le président Bachar al-Assad.

    Dorénavant, les progrès de l'Armée de l'air russe ont ravivé l'intérêt de la population par rapport aux opérations militaires anti-EI. Le soulagement et la gratitude envers les militaires russes circulent dans l'air syrien, et lorsqu'un avion survole la capitale, la discussion gravite toujours autour du fait de savoir s'il est russe ou syrien.

    Khaled Labwani, un Syrien de 48 ans, a baptisé cette offensive russe d'ampleur comme "Tempête Sukhoï", du nom des bombardiers de l'armée russe. Cette homme a lui aussi subi des pertes à cause de l'invasion djihadiste, il a notamment perdu son travail et sa maison à Erbine, une des localités rebelles.

    D'après lui, l'intervention russe "renforce la puissance de l'Etat face aux insurgés", mais il n'entretient pas d'illusions sur les motivations russes et refuse de donner au président russe Vladimir Poutine le surnom d'"Abou Ali" comme le font certains.

    "Je refuse de l'appeler ainsi car la Russie agit pour ses propres intérêts", maintient-t-il.

    Globalement, le point de vue qui prévaut est que "la coopération militaire russe est nécessaire aujourd'hui pour soutenir l'État syrien", comme le signale pertinemment Anas Joudé, avocat, cité par l'AFP.

    Pour lui, "le vrai conflit n'est pas au sujet de la Syrie, mais à propos de l'hégémonie".

    C'est un conflit entre les Etats-Unis et la Russie se déroulant actuellement sur un même théâtre militaire, explique-t-il.

    Pourtant, les autres qualifient les motifs Moscou de secondaires.

    "C'est normal qu'un pays pense à ses intérêts stratégiques avant d'apporter son soutien à un autre pays", juge Abdel Rahmane, étudiant en sciences économiques.

    "Nous n'avions pas beaucoup d'options car notre position sur le terrain n'était pas la meilleure, mais la Russie est le meilleur choix que nous ayons".

    Dossier:
    Situation en Syrie (2014) (607)

    Lire aussi:

    Bagdad autorise la Russie à mener des frappes en Irak
    Le leader du Front al-Nosra abattu par l'armée syrienne
    Syrie: les arguments de Poutine prennent du poids à l'étranger
    Frappes aériennes russes contre les terroristes en Syrie
    Tags:
    crise syrienne, frappe aérienne, Bachar el-Assad, Vladimir Poutine, Damas, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik