International
URL courte
Crise migratoire (789)
19422
S'abonner

Le premier ministre de la Bavière, Horst Seehofer, a prévenu la chancelière allemande Angela Merkel qu'il commencerait à agir sans prendre en compte les avis de Berlin si le gouvernement ne diminuait pas l'afflux de réfugiés venant d'Autriche.

"Si je ne suis pas satisfait (par la réponse de Berlin, ndlr), nous serons contraints de considérer les hypothèses d'actions que nous pourrions entreprendre", a déclaré Horst Seehofer, en réitérant indirectement sa menace de prendre "des mesures extrêmes de protection", si le gouvernement fédéral n'aide pas, rapporte The Local.

M. Seehofer a souligné que la limitation de l'afflux incontrôlable de personnes passant de l'Autriche en Allemagne via la frontière de la Bavière devrait être la priorité principale de Mme Merkel.

La chancelière allemande Angela Merkel
© REUTERS / Fabrizio Bensch

C'est le travail de la chancelière de dialoguer avec l'Autriche, a fait remarquer le premier ministre de la Bavière, en ajoutant que les gouvernements des deux pays restaient fidèles à la politique des "frontières ouvertes".

Le ministre a également désapprouvé le refus de l'Autriche de prévenir d'avance la Bavière sur de grands groupes de réfugiés se dirigeant vers les frontières. Il a souligné qu'une telle conduite "nuit à des relations de bon voisinage".

Le gouvernement de la Bavière s'était déjà déclaré prêt à déposer une requête auprès de la Cour constitutionnelle de Karlsruhe contre le gouvernement allemand fédéral, dans le cas où ce dernier n'entreprendrait aucune mesure afin de réduire le nombre de migrants arrivant dans le pays.

"Nous demeurerons une province qui intègre les réfugiés", a déclaré M.Seehofer, ajoutant que cette attitude était toujours présente dans la culture et dans la tradition de la Bavière. Selon le premier ministre de la province, la Bavière est ouverte au monde, mais elle n'est pas multiculturelle.

Angela Merkel essaye par tous les moyens de calmer le premier ministre. Lundi, elle s'est notamment rendue à Nuremberg, la deuxième ville de Bavière, où elle a reconnu que sa politique migratoire était "loin de l'idéal".

L'Allemagne est un des pays les plus touchés par la crise migratoire actuelle. Des milliers de réfugiés arrivent sur le territoire allemand via les autres pays de l'Union européenne. En général, l'Europe confrontée à cette crise cherche des moyens de s'en sortir, notamment par le biais de mesures d'accueil des réfugiés.

Cette année, l'Allemagne fait face à un afflux sans précédent de migrants venus de Syrie, de Libye, d'Afghanistan et de pays des Balkans. Le ministre bavarois de l'Intérieur, Joachim Herrmann, a fait savoir que rien qu'en septembre le pays a accueilli plus de 270.000 réfugiés, soit plus que durant toute l'année 2014. Selon les prévisions officielles, en 2015, le nombre de réfugiés en Allemagne pourrait approcher les 800.000, mais certains experts parlent déjà d'un million de migrants.

Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

Allemagne: la coalition de Merkel en perte de vitesse
Merkel: Kiev doit avoir des liens avec l'UE et avec la Russie
Plus de 15.000 nouveaux cas de Covid-19 dénombrés en France en 24 heures
Voici ce que l’on risque en publiant son QR Code de vaccination sur Internet
Tags:
migrants, réfugiés, Horst Seehofer, Angela Merkel, Bavière, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook