Ecoutez Radio Sputnik
    iPhone

    Apple de discorde: bannir le cryptage pour contrer le terrorisme?

    © Fotolia / Marek Yuralaits
    International
    URL courte
    18231
    S'abonner

    Londres est en train d'examiner un projet de loi, avancé par le premier ministre David Cameron, selon lequel l'entreprise Apple pourrait être bientôt contrainte de supprimer le cryptage des données sur ses appareils.

    Le chiffrement présente un des principaux défis pour les services de renseignement britanniques car il les empêche d'accéder au cyberespace. Le 4 novembre, le parlement britannique examine le projet de loi, Investigatory Powers Bill, suite auquel (si la loi est votée) Apple sera obligée, sous peine d'interdiction de vendre ses appareils, de déchiffrer ses iPhones et iPads et de fournir les informations nécessaires aux services secrets.

    Une telle mesure, selon le premier ministre britannique, garantira la sécurité de la population face à la menace terroriste et empêchera les criminels de communiquer impunément.

    Les terroristes, les criminels et les kidnappeurs ne doivent pas avoir la possibilité de se contacter en ligne, estime-t-il.

    "Nous ne devons pas permettre qu'Internet devienne un espace sécurisé où ils puissent communiquer et faire de mauvaises choses", a martelé M. Cameron à la chaîne de télévision ITV.

    Le premier ministre britannique est connu pour ses initiatives en matière de cybersécurité. Il a par exemple initié la lutte contre la pédophilie dans le cadre de laquelle les pédophiles partageant du porno impliquant les enfants devraient être interceptés pour se présenter ensuite devant la justice. D'ailleurs, M. Cameron se dit depuis longtemps déterminé à amplifier les pouvoirs des services de l'ordre s'agissant de l'accès aux conversations téléphoniques, mais le projet semble tarder à se débloquer.

    Après l'attentat terroriste à l'encontre de Charlie Hebdo en janvier, M. Cameron a été le premier à assumer l'initiative de prendre des mesures contre le cryptage.

    "Est-ce que nous voulons permettre de telles communications entre deux personnes que nous ne pourrons pas lire, même avec un mandat signé par le ministre de l'Intérieur?", s'interroge-t-il.

    "Ma réponse est non", poursuit-il, "il ne faut pas le permettre. Le principal devoir de tout gouvernement devant son peuple est d'assurer la sécurité de ce dernier".

    Pourtant, les experts dans le domaine de cybersécurité ont déjà baptisé l'idée du premier ministre d'irréaliste et même d'irrationnelle, contredisant les intérêts des entreprises du cryptage. Les détracteurs politiques de M. Cameron ne manquent pas eux aussi de lui reprocher la violation des droits des citoyens respectueux des lois les conversations desquels seront également mis sur écoute.

    Lire aussi:

    Données personnelles: l'Europe pourrait durcir le ton
    La justice US diffère l'interdiction d'espionnage par la NSA
    Le parlement européen exhorte Bruxelles à soutenir inconditionnellement Snowden
    Tags:
    terrorisme, cybersécurité, cyberespace, iPhone, iPad, Apple, David Cameron, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik