Ecoutez Radio Sputnik
    numéro de l'hebdomadaire français satirique Charlie Hebdo

    Charlie s'entête dans la satire de victimes

    © REUTERS / Francois Lenoir
    International
    URL courte
    2113131

    L’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo tourne en dérision le crash de l’Airbus A321 russe dans le Sinaï égyptien.

    l'enregistreur de paramètres de l'Airbus A321 russe qui s'est écrasé dans le Sinaï
    Press-service of Russian Emergency Situations Ministry
    Charlie Hebdo a publié une caricature montrant les débris de l’avion et des corps tombant sur la tête d’un terroriste. En guise de légende, la phrase suivante: "Daech: l’aviation russe intensifie ses bombardements".

    La deuxième caricature représente un crâne parmi des débris et des corps: "J’aurais dû prendre Air Cocaïne", lit-on, dans une allusion au scandale lié avec Nicolas Sarkozy. En guise de légende, on peut lire: "les dangers du low cost russe".

    Un représentant du Parlement russe a déjà commenté une nouvelle blague de l’hebdomadaire. "Cette recherche de l’audace de la part de Charlie Hebdo ne fait que choquer tout simplement", a déclaré le membre du comité sur les affaires étrangères du Conseil de la Fédération, Igor Morozov, accusant les caricaturistes de blasphémer et de tourner en ridicule la commémoration des victimes de la tragédie.

     

    "Dans notre pays, il y a un mot pour nommer cela: blasphème. Cela n’a aucun rapport ni avec la démocratie, ni avec l’expression de soi, ni avec rien. C’est du blasphème", a déclaré le porte-parole du président russe Dmitri Peskov après la publication des caricatures.

    Après la publication des caricatures à propos des victimes du crash de l’avion russe, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a écrit sur son compte facebook: "Qui est encore Charlie?"

    Ещё кто-то Шарли?

    Posted by Мария Захарова on 5 ноября 2015 г.

    En août 2015, l’hebdomadaire Charlie Hebdo s’était déjà moqué d’une catastrophe aérienne, consacrant la une de son numéro à la découverte d’un débris de Boeing à La Réunion et dessinant une caricature intitulée: "Malaysia Airlines: l'espoir", où on pouvait lire: "On a retrouvé un bout du pilote et de l'hôtesse de l'air". Cette publication avait révolté les familles des victimes.

    En septembre 2015, l'hebdomadaire satirique s’est trouvé au centre d'un nouveau scandale sur fond de crise migratoire en Europe. Les utilisateurs des réseaux sociaux, en France et à l'étranger, ont critiqué l'édition pour avoir publié plusieurs caricatures du réfugié syrien de 3 ans, Aylan, retrouvé mort sur une plage turque et dont la photo a bouleversé le monde entier.Chers lecteurs, êtes-vous toujours Charlie?

    En janvier dernier, les internautes ont manifesté leur hommage aux victimes de l'attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo, attaquée par des terroristes islamistes pour ses caricatures du prophète Mohamed, exprimant leur soutien à l'hebdomadaire par le biais du hashtag #JeSuisCharlie. A présent, le hashtag #JeNeSuisPasCharlie a fait son apparition sur Internet.

     

    Un Airbus-A321 de la compagnie aérienne Metrojet (connue également sous le nom de Kogalymavia) est parti samedi matin de l'aéroport de Charm el-Cheikh avant de disparaître des écrans radars 23 minutes après le décollage. Les débris de l'avion ont été retrouvés dans le Sinaï. Aucun des 224 passagers se trouvant à bord de l'avion n'a survécu.

    Charlie s'entête dans la satire de victimes
    © Sputnik .
    Charlie s'entête dans la satire de victimes

    Lire aussi:

    Crash en Egypte: la piste de l'explosion d'un moteur
    Crash au Soudan du Sud: des dizaines de morts, dont un Russe
    Crash de l'A321: Le Caire écarte la piste terroriste
    L'auteur des caricatures de Mahomet quitte Charlie Hebdo
    Charlie Hebdo récompensé pour sa satire dépassant les bornes
    Caricatures du petit Aylan: Charlie Hebdo au centre d'un nouveau scandale
    Charlie Hebdo: la caricature d’un débris du MH370 fait scandale
    Tags:
    crash d'avion, Airbus A321, Charlie Hebdo, Sinaï, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik