Ecoutez Radio Sputnik
    Ashton Carter

    Les Etats-Unis prêts à envoyer de nouveaux soldats en Syrie

    © Sputnik. Jonathan Ernst/Files
    International
    URL courte
    38272

    Selon Ashton Carter, la mission principale des militaires américains en Syrie est de former des groupes d'opposition et d'assurer la coordination de leurs actions.

    Washington est prêt à envoyer en Syrie de nouveaux groupes de militaires afin de soutenir l’opposition soi-disant modérée dans sa lutte contre l'Etat islamique (EI), a déclaré dimanche le secrétaire d'Etat à la Défense Ashton Carter.

    "Si nous trouvons en Syrie des groupes supplémentaires qui veulent lutter contre l'EI, qui en sont capables et sont motivés, nous enverrons davantage (de nos militaires)", a déclaré le chef du Pentagone dans une interview accordée à la chaîne télévisée ABC.

    Selon lui, le président américain Barack Obama "s’est déclaré prêt" à envoyer en Syrie des unités supplémentaires.

    "Moi-même, je suis décidé à lui recommander d'envoyer davantage de militaires, mais pour cela, il faut qu'il y ait des forces locales capables (de combattre)", a souligné le secrétaire à la Défense.

    Selon lui, la mission principale des militaires américains en Syrie est de former des groupes d'opposition et d'assurer la coordination de leurs actions.

    Fin octobre, le président Obama a sanctionné l'envoi de 50 experts militaires dans le nord de la Syrie. Selon la Maison Blanche, ils devaient soutenir la soi-disant opposition modérée dans sa lutte contre l'EI.

    "Leur mission n'est pas liée au combat. Ils renforcent le potentiel des forces locales. Il ne s'agit pas d'une opération de combat à long terme en Irak ou en Syrie. Si nous visions une mission de combat, nous aurions envoyé non pas 50 personnes, mais un contingent beaucoup plus important", a souligné à l'époque le porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest.Il est à noter que l'efficacité de ce genre de décisions suscite des doutes profonds.

    Washington a déjà formé un nombre limité de membres de l'opposition dite modérée en Syrie tout en cherchant à créer une armée d'opposition forte de 5.400 soldats. Cependant, le nombre de recrues qui ont suivi l'entraînement sous la direction d'instructeurs américains a été inférieur à 100 personnes. Seulement quatre ou cinq combattent effectivement sur le terrain. Les autres ont soit rejoint des groupes radicaux comme l'EI ou le Front al-Nosra, lié à Al-Qaïda, soit ont été tués.

    L'envoi d'armes ou le financement de l'opposition dite "modérée" est un autre aspect de la stratégie de lutte antiterroriste menée par Washington. Pourtant, un exemple tout récent provoque encore des doutes en ce qui concerne l'efficacité des actions de l'administration Obama.

    Ainsi, le 11 octobre, Washington a largué 50 tonnes de munitions à des rebelles "modérés" dans le nord de la Syrie. Pourtant, selon plusieurs médias, on ignore toujours à qui ces munitions étaient destinées.

    Dans une interview à la chaîne de télé NTV, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a d'ailleurs exprimé la certitude que les munitions américaines en Syrie étaient utilisées à d'autres fins que celles déclarées par les autorités US.

    "Honnêtement — nous n'avons pas de doutes sur le fait qu'une partie importante de ces munitions tombent entre les mains des terroristes", a-t-il souligné.

    En 2014, le groupe djihadiste Etat islamique a commencé à intensifier son activité dans la région du Proche-Orient en cherchant à créer un califat sur les territoires irakiens et syriens tombés sous son contrôle. Selon les données de la CIA, à présent près de 30.000 personnes venant de près de 80 pays du monde combattent dans les rangs de l'EI.

    Depuis août 2014, une coalition internationale conduite par les Etats-Unis intervient militairement contre ce groupe.

    Le 30 septembre, l'Armée de l'air russe a entamé une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustible appartenant à l'EI.

     

    Lire aussi:

    La Russie envoie des systèmes antiaériens en Syrie
    Russie et USA sont passés à la coopération pratique dans le ciel syrien
    Hôpitaux bombardés en Syrie: la Russie dément et fournit des preuves
    Tags:
    victimes, morts, guerre, crise syrienne, opposition, armée, frappe aérienne, terrorisme, lutte antiterroriste, militaires, Etat islamique, Ashton Carter, Damas, Washington, Proche-Orient, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik