Ecoutez Radio Sputnik
    Espace Schengen

    Les Pays-Bas songent à créer un "mini-Schengen"

    © Flickr/ Attila Németh
    International
    URL courte
    Crise migratoire (789)
    6205
    S'abonner

    Deux variantes d’un futur espace sans visas seraient à l'étude, mais les deux ne réuniraient que très peu de pays membres de l'espace Schengen actuel.

    Les Pays-Bas envisagent de créer une nouvelle zone d'échanges sans visas, plus petite que l'espace Schengen, dont les frontières extérieures seront bien protégées pour faire face  à la crise migratoire actuelle en Europe, rapportent les médias européens.

    Selon la chaîne de télévision RTL, le gouvernement néerlandais propose d'établir des contrôles aux frontières extérieures du nouvel espace sans visas destinées à empêcher l'entrée des demandeurs d'asile sans passeports.

    Selon le journal néerlandais De Telegraaf, des débats tenus vendredi dernier au Conseil des ministres ont porté sur deux variantes de ce "petit espace Schengen".

    D'après la première, l'espace sans visas pourrait réunir la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, l'Autriche et l'Allemagne. La seconde variante prévoit une entente entre les Pays-Bas et la Belgique.

    L'espace Schengen réunit 26 pays dont 22 pays membres de l'Union européenne, la Norvège, l'Islande, le Liechtenstein et la Suisse.

    Ces dernières semaines, des hommes politiques de plusieurs pays ont exprimé des doutes quant à l'avenir de l'espace Schengen en raison de la crise migratoire. 

    Le ministre finlandais de l'Intérieur Petteri Orpo a notamment déclaré que le sort de l'espace Schengen était menacé.

    "Nous sommes en guerre contre le terrorisme. Il faut agir vite pendant une guerre. La Commission européenne et l'Union européenne sont incapables d'agir. Si on ne ferme pas la frontière extérieure de l'espace Schengen aux migrants clandestins suite aux attentats de Paris, on assistera à l'éclatement de l'espace Schengen", a indiqué M.Orpo. De nombreux pays membres de l'UE ont déjà rétabli les contrôles à leurs frontières nationales.

    Le rétablissement provisoire des contrôles frontaliers ne viole pas les normes Schengen. Les pays membres peuvent prendre cette décision compte tenu d'une menace à la sécurité nationale, à l'occasion d'un forum ou compétition sportive de grande envergure ou en cas d'accroissement important et rapide des flux migratoires. Selon les normes Schengen, de tels contrôles peuvent être introduits pour une période de 10 jours et être prorogés à deux reprises – de 20 jours et d'un mois.

    Dossier:
    Crise migratoire (789)

    Lire aussi:

    Ces douze "vauriens" qui ont détruit Schengen
    Hollande met en garde contre les "dangers" qui menacent Schengen
    Chef de la diplomatie slovaque: " la zone Schengen n'existe plus"
    Tags:
    Espace Schengen
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik