Ecoutez Radio Sputnik
    Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier

    L'Allemagne dicte les conditions du retour de la Russie dans le G8

    © AP Photo / Lefteris Pitarakis
    International
    URL courte
    239188

    Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier a énuméré les conditions que devrait remplir la Russie afin de rejoindre les rangs du G8.

    Pour redevenir membre du Groupe des huit, la Russie devrait donc continuer de collaborer avec l'Occident en ce qui concerne la crise syrienne ainsi que de mettre un terme au conflit ukrainien, estime Frank-Walter Steinmeier.

    "Si nous continuons de surmonter les difficultés liées au conflit ukrainien et si la Russie poursuit, comme auparavant, sa collaboration avec nous dans le règlement du conflit syrien, l'Occident n'aura et ne pourra avoir aucun intérêt à long terme de l'écarter des discussions régulières entre les principales puissances occidentales", a dit Frank-Walter Steinmeier dans une interview au journal allemand Bild.

    Depuis 1998, la Russie était membre du G8, groupe de discussion et de partenariat économique des huit pays constituant les plus grandes puissances économiques du monde, soit la Russie, les Etats-Unis, le Japon, l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l'Italie et le Canada.

    Cependant, en 2014, elle a été exclue du G8 suite au rattachement de la Crimée.

    La Crimée a adhéré à la Russie suite à un référendum qui s'est tenu en mars 2014. Près de 97% des électeurs ont alors voté pour la réunification de la péninsule à la Russie. Moscou souligne que le référendum en Crimée était conforme aux normes du droit international et à la Charte des Nations unies.

    Pourtant, les pays Occidentaux et l'Ukraine ne reconnaissent pas la légitimité du référendum et qualifient l'adhésion de la Crimée d'annexion. Suite au référendum en Crimée, l'UE a introduit des sanctions contre la Russie, auxquelles la Russie a répondu par l'interdiction de l'importation de certains produits alimentaires.

    Lire aussi:

    L'Occident prêt à maintenir ses sanctions contre Moscou
    L'UE prie la Russie de ne pas introduire de sanctions contre l'Ukraine
    La pression politique par sanctions au menu de l'AG de l'Onu
    Tags:
    terrorisme, coopération, sanctions, Etat islamique, Union européenne (UE), Frank-Walter Steinmeier, Syrie, Ukraine, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik