Ecoutez Radio Sputnik
    Un bombardier russe Sukhoi Su-24

    Député français: la Turquie n’avait aucune raison d’abattre l’avion russe

    © REUTERS / Shamil Zhumatov
    International
    URL courte
    La Turquie abat un Su-24 russe (187)
    11314510
    S'abonner

    L’avion russe n’était pas en opération contre la Turquie et ne représentait pas de menace militaire pour ce pays. Aussi, la réaction d'Ankara n'a-t-elle pas de justification, selon un homme politique français.

    Un bombardier russe engagé dans l'opération contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) en Syrie a été abattu par un chasseur turc, ce qui est difficile à comprendre si on reste dans le domaine de la logique, a avoué à Sputnik le député de la 3e circonscription de la Charente, Jérôme Lambert.  

    "L’avion russe manifestement n’était pas en opération contre la Turquie et ne représentait pas une menace militaire contre la Turquie. Je ne sais pas si cet avion s’est introduit sur quelques instants sur quelques kilomètres dans l’espace aérien turc mais même si c’était le cas, dans le cadre de l’opération que nous sommes censés mener conjointement contre les terroristes agissant en Syrie, la Turquie n’avait, à mon sens, aucune raison d’abattre l’avion russe", a déclaré M.Lambert. 

    Le député s'est dit surpris de la réaction turque qui ne s’apparente, selon lui, qu’à une opération politique de la Turquie à l’encontre des forces coalisées, qui se coalisent contre les terroristes qui agissent en Syrie et que la Turquie a pendant longtemps soutenus d’une certaine façon en fermant les yeux et en ouvrant les frontières. 

    "Cette manifestation des Turcs est assez inquiétante (…) heureusement, la Russie est restée maître de ses nerfs (…) et n’a pas riposté aux tirs de la Turquie, mais c’est une situation grave", a constaté M.Lambert. 

    Et d'espérer que, lors du Conseil de l’Otan, les alliés de la Turquie, en premier lieu les Américains mais aussi les Français, demanderaient aux Turcs d’agir avec discernement et de ne pas attaquer des alliés qui luttent en Syrie contre le terrorisme.

    Les frappes de l'aviation stratégique russe sur les positions de l'EI
    © Photo. Ministry of defence of the Russian Federation

    Un bombardier russe Sukhoi Su-24 engagé dans l'opération contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) en Syrie s'est écrasé mardi sur le territoire syrien, à 4 km de la frontière turque, alors qu'il rentrait à la base syrienne de Hmeimym après une mission. Selon les premières informations, les pilotes ont réussi à s'éjecter.

    Le président russe Vladimir Poutine a fait une déclaration suite à l'incident, annonçant que le Su-24 avait été abattu dans l'espace aérien syrien par un missile air-air tiré par un chasseur turc F-16.

    La Turquie a déclaré que ses chasseurs F-16 avaient abattu le bombardier russe suite à une violation de son espace aérien. Toutefois d'après les données objectives des systèmes de contrôle, l'avion se trouvait dans l'espace aérien syrien, a précisé le ministère russe de la Défense.

    Dossier:
    La Turquie abat un Su-24 russe (187)

    Lire aussi:

    Poutine pourrait s'exprimer sur le crash du Su-24 lors de sa rencontre avec Abdallah II
    Poutine: la Russie ne tolérera aucun crime comme celui perpétré contre le Su-24
    Tags:
    crash d'avion, Su-24, Jérôme Lambert, Turquie, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik