International
URL courte
La Turquie abat un Su-24 russe (187)
39973
S'abonner

L'un des deux pilotes du Su-24 abattu par l'aviation turque mardi dernier à proximité de la frontière syrienne aurait été récupéré par l'armée syrienne et devrait regagner la base aérienne russe, a déclaré mercredi l'ambassadeur russe en France.

L'un des deux pilotes de l'avion de chasse russe abattu par l'armée de l'air turque mardi à proximité de la frontière syrienne aurait été récupéré par l'armée syrienne et devrait regagner la base aérienne russe, a déclaré mercredi l'ambassadeur russe en France, Alexandre Orlov sur Europe 1.

​"Quand l'avion a été abattu, les deux pilotes se sont éjectés de l'appareil, l'un a d'abord été blessé quand il est descendu avec son parachute, puis il a été achevé d'une façon tout à fait sauvage sur le sol, par terre, par les djihadistes qui étaient dans la région", a expliqué l'ambassadeur russe.

"Et l'autre a pu s'échapper et d'après les dernières informations, il a été récupéré par l'armée syrienne et doit regagner la base aérienne russe", a-t-il ajouté.

Un bombardier russe Sukhoi Su-24 engagé dans l'opération contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) en Syrie s'est écrasé mardi sur le territoire syrien, à 4 km de la frontière turque. Selon le président russe Vladimir Poutine, le Su-24 a été abattu dans l'espace aérien syrien par un missile air-air tiré par un chasseur turc F-16.

La Turquie affirme que l'avion russe a violé son espace aérien. D'après le ministère russe de la Défense, l'avion se trouvait dans l'espace aérien syrien, à un kilomètre de la frontière turque.

Dossier:
La Turquie abat un Su-24 russe (187)

Lire aussi:

La Chine alerte sur un possible krach des marchés occidentaux: «Il faut être très vigilant»
Moscou appelle à «ne pas jouer avec le feu» après l'adoption de nouvelles sanctions US
Une vidéo inédite de l'attaque iranienne contre une base US après l’assassinat de Soleimani
Passeport vaccinal: l’UE avance, la France n’y coupera pas
Tags:
pilote, ambassadeur, Su-24, Alexandre Orlov, Turquie, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook