Ecoutez Radio Sputnik
    Le guide suprême de l'Iran Ayatollah Ali Khamenei

    Le guide suprême de l'Iran impute aux USA l'apparition de l'EI

    © AP Photo / Office of the Supreme Leader of Iran
    International
    URL courte
    27852

    L'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la Révolution islamique, estime que la politique de doubles standards appliquée par les Etats-Unis et l'Occident à l'égard du monde islamique est à l'origine de l'apparition de l'Etat islamique et d'un regain d'activité du terrorisme.

    Dans son message aux jeunes occidentaux, publié par l'agence iranienne IRNA, il a reconnu qu'à l'heure actuelle le terrorisme était devenu "une préoccupation commune". Selon lui, "aujourd'hui, très peu de personnes ignorent le rôle joué par les Etats-Unis dans la création, le soutien et l'armement d'Al-Qaïda, des talibans et de leurs sinistres adeptes".

    "L'ingérence armée de ces dernières années dans le monde arabe a causé d'innombrables victimes et a offert un nouveau témoignage de la logique contradictoire de l'Occident. Les pays agressés, outre des pertes humaines, ont perdu leur infrastructure industrielle et économique, leur mouvement vers la croissance, et leur développement a été stoppé ou ajourné, parfois pour des décennies", a noté Ali Khamenei.

    Son message stipule notamment que: "Tant que la politique de l'Occident sera dominée par les doubles standards, tant que les terroristes, de l'avis de leurs puissants protecteurs, seront divisés en bons et mauvais, tant que les intérêts des gouvernements primeront les valeurs et la morale humaines, inutile de même essayer de chercher ailleurs les racines de la violence".

     

    Lire aussi:

    "Cauchemar d'Israël": une application iranienne pour les téléphones portables
    La France refuse de mettre de l’eau dans son vin pour le président iranien
    Le football iranien victime de la politique américaine
    Tags:
    Al-Qaïda, ayatollah Ali Khamenei, Occident, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik