Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir  Poutine et Barack Obama

    Dans le jeu diplomatique, Poutine gagne face à Obama

    © Sputnik . Mikhail Klimentyev
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    511272
    S'abonner

    Le président russe devient leader dans le jeu diplomatique au Proche-Orient, alors que son homologue américain s'attire des critiques pour l'ambiguïté de sa position face aux terroristes islamiques, relève un journaliste italien.

    Selon un récent sondage de SWG, 49% des Italiens appuient l'action de Vladimir Poutine après les attentats à Paris, et seulement 32% approuvent celle de Barack Obama, alors que l'Italie est un pays "historiquement proaméricain", rappelle le journaliste italien Giampaolo Rossi dans son blog sur le site d'Il Giornale

    "Poutine est approuvé pour son efficacité dans la lutte contre Daech (Etat islamique-EI, ndlr), lutte qui lui coûte très cher. En même temps, Obama est accusé d'adopter une attitude ambiguë face aux terroristes islamiques, dans la catastrophe libyenne qui a ouvert la boîte de Pandore et provoqué un regain de djihadisme au Proche-Orient", écrit M.Rossi dans son article intitulé "La victoire de Poutine". 

    Et d'ajouter que les Etats-Unis étaient même soupçonnés de liaison avec les djihadistes de Daech.  

    Vladimir Poutine et François Hollande
    © AFP 2019 Stephane de Sakutin

    Selon le journaliste italien, le président russe gagne face à son homologue américain dans le contexte politique et diplomatique, et la récente visite à Moscou du président français François Hollande en est une confirmation éclatante. 

    "Les attentats de Paris ont persuadé la France d'être aux côtés de la Russie dans la lutte contre l'Etat islamique (…) Poutine sort de l'ombre dans laquelle les faucons de Washington essayant de le retenir et devient leader dans le jeu diplomatique au Proche-Orient et dans la lutte contre l'EI", souligne le journaliste. 

    Il constate que la Russie intervient de plus en plus en puissance mondiale capable de désamorcer les crises internationales. 

    "L'Europe comprend de mieux en mieux que Moscou n'est pas son adversaire, mais son principal allié dans la lutte contre le terrorisme islamique", conclut M.Rossi.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    Poutine et Hollande prônent une large coalition contre l'Etat islamique
    Proche-Orient: l'influence russe grandit au détriment des USA
    Poutine gagne en influence sur la conscience des Américains
    Tags:
    terrorisme, djihadisme, Etat islamique, Giampaolo Rossi, Vladimir Poutine, Barack Obama, Proche-Orient, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik