Ecoutez Radio Sputnik
    Le président tchèque Milos Zeman

    Le président tchèque qualifie Ankara d'allié de Daech

    © AFP 2017 Michal Cizek
    International
    URL courte
    19886

    Selon Miloš Zeman, Ankara agit parfois comme un allié du groupe terroriste Etat islamique (EI) et ne mérite pas d'être admis à l'UE.

    La Turquie fait partie de l'Otan mais agit parfois comme un allié du groupe terroriste Daech et il faut faire affaire avec ce pays d'une manière prudente, a déclaré mercredi le président tchèque Milos Zeman.

    "La Turquie ne doit pas adhérer à l'Union européenne", a déclaré le dirigeant tchèque lors d'un déplacement dans la Bohême du Nord.
    Le président tchèque a aussi soumis à la critique le projet de l'Union européenne de verser 3 milliards d'euros à Ankara pour l'aider à accueillir les réfugiés syriens.

    "La Turquie est capable d'héberger ces réfugiés car ils sont de la même religion", a-t-il précisé. "Je pense qu'à cause de ces propos l'ambassadeur turc enverra une note de protestation au Château de Prague" (résidence officielle du président tchèque), a conclu M.Zeman.

    Actuellement, près de deux millions de réfugiés syriens vivent en Turquie. Le 29 novembre, l'UE a promis de verser près de trois milliards d'euros à Ankara pour améliorer les conditions de vie des réfugiés syriens. Le financement sera effectué pour faire les réfugiés rester en Syrie et pour éviter l'afflux de migrants en Europe.

    Le 24 novembre, un chasseur F-16 de l'armée de l'air turque a abattu un bombardier russe Su-24 impliqué dans la campagne de frappes aériennes contre les positions de l'EI en Syrie. Selon Ankara, l'avion russe a violé l'espace aérien turc. Moscou dément ces rapports tout en soulignant que son bombardier ne présentait aucune menace pour la Turquie et se trouvait en territoire syrien.

    Suite à l'incident, le président russe Vladimir Poutine a accusé les autorités turques de faire le jeu des terroristes dans la région. Dans les jours suivant la destruction de l'avion, la Russie a adopté des sanctions économiques à l'encontre de la Turquie.

    Lire aussi:

    Député français: on se pose des questions sur l’attitude de la Turquie
    Après la Russie, la Turquie s'en prend à l'Irak
    La Turquie, devra-t-elle être exclue de l’Otan?
    Nouvelles révélations sur les "relations dangereuses" Turquie-Daech
    Tags:
    Conseil Russie-Otan, Union européenne (UE), Etat islamique, Milos Zeman, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik