Ecoutez Radio Sputnik
    Pipeline

    COP21: l'Arabie saoudite saperait l'accord?

    © Sputnik . V. Chistiakov
    International
    URL courte
    Conférence sur le climat de Paris (2015) (39)
    9226
    S'abonner

    Selon le journal Guardian, le 2e plus grand producteur mondial de pétrole après les USA, entrave les négociations et fait des objections inadmissibles à la conférence de Paris.

    Plusieurs participants à la 21e Conférence internationale sur le climat de Paris (COP21) ont accusé mardi l'Arabie saoudite de saper l'accord en vue d'assurer son avenir en tant que premier pays producteur de pétrole, rapporte le journal britannique Guardian.

    "Le monde évolue et cela les inquiète. Ils cherchent à bloquer tout ce qui peut encourager la transition énergétique, qui est déjà en cours", a déclaré Wael Hmaidan, directeur de l'association Climate Action Network spécialisée sur le thème de l'effet de serre et du changement climatique.

    L'Arabie saoudite n'a pas encore répondu à ces accusations formulées par les représentants des pays en voie de développement et associations.

    A Paris, les Saoudiens se sont opposés aux efforts visant à atteindre des objectifs ambitieux. Ils se sont même prononcés contre l'idée de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré et non 2 degrés d'ici la fin du siècle, appuyée par plus de 100 pays dont les plus grands pollueurs comme l'Union européenne et les Etats-Unis. 

    Même les autres membres de la Ligue arabe se montrent mécontents par la position de Riyad.

    "Nous voyons que l'Arabie saoudite sape la position des autres pays arabes. Le groupe arabe est le seul à s'opposer à la limite de 1,5 degré", a noté M.Hmaidan. 

    Riyad a également critiqué l'objectif de décarboniser l'économie d'ici 2050. Les Saoudiens ont en outre formulé des objections aux exigences de revoir les plans de réduction CO2 tous les cinq ans, d'après les négociateurs et observateurs à la conférence COP21.

    L'Arabie saoudite, la 15e économie mondiale, s'est aussi opposée aux efforts visant à augmenter le Fonds vert pour le climat (GCF) en vue d'aider les pays plus pauvres à faire face au réchauffement climatique. Selon elle, seuls les pays industrialisés doivent contribuer à l'augmentation du GCF.

    Par ailleurs, Riyad a souhaité obtenir une compensation pour la future diminution de ses revenus pétroliers arguant que les petites îles de Kiribati, un archipel perdu au milieu du Pacifique et menacé par la montée des eaux, recevront un dédommagement pour le changement climatique.

    Les Saoudiens comptent en outre sur aide financière pour la mise en service des technologies vertes.

    Avant d'être détrônée par les Etats-Unis en été dernier, l'Arabie saoudite a été le plus grand producteur mondial de pétrole. Elle participe activement aux sommets annuels sur le climat et a souvent été accusée de bloquer la lutte contre le changement climatique, rappelle le journal. Mais cette année, Riyad s'est montré plus conciliant. 

    En mai dernier, le ministre saoudien du Pétrole Ali al-Naïmi a reconnu que l'économie mondiale devenait moins dépendante des énergies fossiles avant de noter que l'Arabie saoudite entendait devenir un acteur important sur le marché de l'énergie solaire et éolienne.

    "L'Arabie saoudite reconnaît qu'un jour le monde n'aura plus besoin d'hydrocarbures. Je ne sais pas quand cela arrivera, probablement en 2040, 2050 ou plus tard. Nous nous sommes donc engagés dans un programme pour développer l'énergie solaire", a indiqué M.Al-Naïmi.

    En novembre, Riyad a présenté un plan de lutte contre le changement climatique. Toutefois, il a été le dernier membre du G20 à soumettre ses propositions aux Nations unies. Selon les analystes, son plan a des objectifs trop flous.


    Dossier:
    Conférence sur le climat de Paris (2015) (39)

    Lire aussi:

    COP21: L'Arabie saoudite accusée de bloquer les négociations
    Une COP21 sous influence des multinationales
    Les négociateurs de la COP21 adoptent un texte sur le climat
    Tags:
    réchauffement climatique, pétrole, COP 21, Climate Action Network, Wael Hmaidan, Arabie Saoudite, Paris
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik