International
URL courte
57443
S'abonner

Manuel Valls a assuré vendredi qu'il fallait "combattre et écraser" le groupe Etat islamique "en Syrie, en Irak et demain sans doute en Libye".

"Nous sommes en guerre, nous avons un ennemi, Daech (acronyme de l'Etat islamique en arabe), l'Etat islamique, que nous devons combattre et écraser, en Syrie, en Irak et demain sans doute en Libye", a déclaré le chef du gouvernement à l'antenne de France Inter, sans entrer davantage dans les détails.

"Parce que nous avons des centaines, des milliers de jeunes qui ont succombé dans cette radicalisation", a-t-il poursuivi, rappelant que "la menace" terroriste est "toujours présente".

Il a souhaité être "à la hauteur des enjeux historiques que nous sommes en train de connaître".

Le 1er décembre, M. Valls avait déjà estimé que la Libye était "incontestablement le grand dossier des mois qui viennent".

Le 22 novembre, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian avait exhorté les factions libyennes rivales de Tripoli et Tobrouk à aboutir à un accord pour former un gouvernement d'union nationale, afin de stopper l'expansion du groupe Etat islamique dans ce pays.

"Il faut permettre un accord intralibyen entre ces deux factions qui se battent sinon ce sera la victoire de Daech", avait déclaré M. Le Drian, moins de dix jours après les attentats revendiqués par l'EI qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis.

Lire aussi:

Libye: avant et après Kadhafi
Daech s'enracine en Libye pour conquérir le monde
Les parties prenantes dans le conflit en Libye conviennent d'une trêve
La Libye, le nouveau front de Daech
Tags:
lutte antiterroriste, Etat islamique, Manuel Valls, Libye, Syrie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook