Ecoutez Radio Sputnik
    L'Irak exige que la Turquie retire ses troupes

    Inquiet du déploiement de troupes turques sur son sol, l'Irak saisit le CS de l'Onu

    © Sputnik . Ahmad Al-Rubaye
    International
    URL courte
    6363
    S'abonner

    Bagdad qualifie l'intrusion de troupes turques en Irak de violation flagrante de la Charte des Nations unies, de l'intégrité territoriale et de la souveraineté de l'Etat irakien. Pour le président turc, la saisie du Conseil de sécurité n'est pas une "démarche honnête".

    L'Irak a adressé une lettre au Conseil de sécurité des Nations unies pour se plaindre du déploiement de troupes turques sur son sol, en qualifiant l'intrusion de troupes turcs de "violation flagrante" de la Charte de l'Onu et des normes du droit international, rapporte la presse internationale. 

    "Nous exhortons le Conseil de sécurité à exiger que la Turquie retire immédiatement ses troupes et ne viole plus la souveraineté de l'Irak (…) Cela ne peut être évalué que comme une violation flagrante des principes de la Charte de l'Onu, de l'intégrité territoriale et de la souveraineté de l'Irak", lit-on dans la lettre.

    La Turquie a déployé la semaine dernière plusieurs centaines de soldats et des chars à Bachiqa, à proximité de la deuxième ville d'Irak, Mossoul, occupée depuis juin 2014 par les djihadistes de l'Etat islamique (EI, Daech). Bagdad réclame depuis lors le retrait de ce contingent turc, en faisant remarquer que tout déploiement de troupes en Irak doit se faire avec l'accord du gouvernement irakien. 

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé pour sa part qu'un retrait était "hors de question", rappelant que des militaires turcs y entraînaient depuis déjà plusieurs mois des troupes du gouvernement régional du Kurdistan irakien (peshmergas) et des volontaires irakiens désireux de combattre l’EI. 

    "Le nombre de nos soldats sera augmenté ou réduit en fonction du nombre de peshmergas qu’ils entraînent", a-t-il martelé. 

    Pour M.Erdogan, la saisie du Conseil de sécurité par l'Irak n'est pas une "démarche honnête".

    Lire aussi:

    Erdogan refuse de retirer ses troupes d'Irak
    Une guerre entre la Turquie et l'Irak n'est pas à exclure
    Erdogan insiste sur son droit de maintenir ses troupes en Irak
    Tags:
    retrait, militaires, peshmergas, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Etat islamique, Recep Tayyip Erdogan, Kurdistan, Mossoul, Turquie, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik