International
URL courte
36369
S'abonner

Ankara ne retirera pas ses troupes d'Irak, a déclaré aujourd'hui le premier ministre turc Ahmet Davutoglu.

Le premier ministre turc Ahmet Davutoglu a déclaré que son pays avait effectué un renforcement du contingent militaire en Irak du nord afin de protéger les instructeurs turcs. Il a également souligné qu'Ankara n'envisageait pas d'y retirer ses troupes.

"Nous avons entrepris toutes les mesures nécessaires contre les attaques au camp de Bachika. La présence des militaires turcs sera maintenue. Nous avons procédé à la réorganisation et avons envoyé un renfort pour protéger le camp. Nos militaires ne participeront pas aux affrontements. Ils sont déployés en Irak uniquement dans le but d'entraîner les forces locales. La légitimité de leur présence n'est pas à discuter", a lancé Ahmet Davutoglu dans une interview à la chaîne A Haber.

Le 4 décembre, il a été annoncé qu’une unité de blindés turque avait été déployée dans le nord de l’Irak, aux environs de la ville de Mossoul contrôlée par les djihadistes de Daech.

L’objectif déclaré de la mission est de préparer les milices locales aux combats contre Daech. Selon Ankara, ce mouvement de troupes constitue une "rotation normale" qui s'inscrit dans le cadre d'un programme d'entraînement des forces armées kurdes, les fameux "peshmergas", et de combattants arabes sunnites de la région, hostiles à Daech.

Néanmoins, le ministère irakien des Affaires étrangères a qualifié l'opération d’Ankara d'invasion.


Lire aussi:

La Turquie construit un mur à sa frontière avec la Syrie
Une guerre entre la Turquie et l'Irak n'est pas à exclure
La Turquie porte une frappe aérienne en Irak
Benjamin Griveaux annonce avoir démissionné de l’Assemblée nationale
Tags:
armée, Etat islamique, Ahmet Davutoglu, Turquie, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook