International
URL courte
Situation en Syrie (2014) (607)
413810
S'abonner

Lors de la rencontre Poutine-Lavrov-Kerry à Moscou, les responsables ont confirmé la coopération russo-américaine dans la lutte contre Daech, ont discuté des négociations de Vienne et ont soutenu l'idée de tenir la rencontre du Groupe international de soutien à la Syrie le 18 décembre à New York et ont souligné leurs efforts conjoints.

"Il n'y a pas de doute que quand la Russie et les Etats-Unis travaillent ensemble d'une manière efficace, les deux parties y gagnent aussi bien que la communauté internationale", a déclaré le secrétaire d'Etat américain John Kerry, lors de la conférence de presse à l'issu de la rencontre avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

A titre d'exemple, il a cité les accords sur le nucléaire iranien. Il a souligné qu'une étape cruciale avait été franchie mercredi 2 décembre, après l'accord de résolution sur le nucléaire iranien par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

"Notre rencontre a été focalisée sur la Syrie, la lutte contre le terrorisme et l'Ukraine. J'ai de nouveau confirmé au président Poutine que les Etats-Unis sont prêts à coopérer avec la Russie pour contrer Daech", a fait remarquer le chef de la diplomatie américaine.

"Nous avons également échangé des informations sur les régions où nous et la Russie menions des opérations et nous avons discuté de la possibilité d'assurer que nos militaires sachent où on travaille", a souligné John Kerry.

Et d'ajouter que les États-Unis n'ont jamais eu pour but d'isoler la Russie.

Si Barack Obama a parlé de l'isolement de la Russie, cela était surtout lié à la situation avec la Crimée. "Nous avons juste voulu expliquer ce qui s'était passé", assure le chef de la diplomatie américaine.

Il a souligné que l'envie de trouver des points communs atteste de la maturité des chefs des deux pays.

Les aventures de John Kerry à Moscou
© Sputnik . Service de presse de l'ambassade américaine

A son tour, Sergueï Lavrov a déclaré que les deux parties avaient décidé de confirmer les accords atteints à Vienne.

"Nous avons trouvé rationnel sur cette étape de confirmer les accords atteints à Vienne le 30 octobre et le 14 novembre", a fait remarquer M.Lavrov.

D'après lui, ce sera fait par le biais d'une résolution du Conseil de la sécurité de l'Onu dont le projet sera élaboré lors de la prochaine rencontre du Groupe international de soutien à la Syrie le 18 décembre à New York.

Notamment, les membres du groupe comptent continuer leur travail sur l'élaboration d'une liste des groupes terroristes unanimement reconnus et sur la formation d'un groupe de l'opposition syrienne pour mener des négociations avec Damas.

Mardi matin, des négociations entre Sergueï Lavrov et John Kerry ont eu lieu. Les deux parties ont souligné le caractère efficace de cette rencontre et l'importance de la coopération russo-américaine pour trouver "ensemble une solution aux crises les plus graves".

 

Dossier:
Situation en Syrie (2014) (607)

Lire aussi:

Coronavirus, en continu: le pic en Île-de-France prévu vers le 6 avril
Peut-on craindre un retour du Covid-19 après la pandémie actuelle? Un virologue répond
Les autorités ont «menti» sur l’inutilité des masques pour «une bonne cause», estime une journaliste
Tags:
frappe aérienne, Etat islamique, John Kerry, Sergueï Lavrov, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook