International
URL courte
1402
S'abonner

Les législateurs ont trop peur des conséquences de la décision d'autoriser une nouvelle guerre, selon Le Huffington Post.

Les congressistes américains ne sont pas prêts à adopter une nouvelle loi AUMF (d'Autorisation de l'usage de la force armée, ndlr) qui autoriserait les Etats-Unis à mener la guerre contre l'EI, considérant le vote comme dangereux du point de vue politique et militaire, annonce le correspondant du quotidien Le Huffington Post Matt Fuller.

Selon lui, le Congrès aurait pu autoriser le recours à la force armée en Syrie en 2013, lorsque le président Barack Obama a déclaré qu'il était prêt à lancer une opération militaire contre le régime de Bachar el-Assad. Mais le président a par la suite "changé d'avis" et la majeure partie des congressistes a poussé un soupir de soulagement.

"Les législateurs ont trop peur des conséquences de la décision d'autoriser une nouvelle guerre. Du moins, c'est ce que répondent les législateurs interrogés à la question de savoir pourquoi le Congrès n'a pas voté la nouvelle loi", écrit le journaliste.

Si les congressistes n'avaient pas peur de prendre cette décision, ils auraient pu la voter en février, lorsque Barack Obama, après six mois de frappes aériennes contre l'EI, a demandé au Congrès l'autorisation de mener des combats. 

Selon le quotidien, la demande a été formelle, le président Obama étant sûr de son droit à recourir à la force armée contre l'EI, grâce à la loi antiterroriste adoptée en 2001 après les attentats du 11 septembre.

Lire aussi:

Les Etats-Unis rappellent 12 chasseurs de Turquie
En Syrie, les Etats-Unis de plus en plus seuls
Les Etats-Unis prêts à envoyer de nouveaux soldats en Syrie
Fabrice Di Vizio raccroche: «On est arrivés à un niveau de haine sociale que je ne sais plus gérer»
Tags:
États-Unis, Syrie, Barack Obama, Bachar el-Assad, Etat islamique, Congrès des États-Unis, djihadisme
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook