International
URL courte
44382
S'abonner

Le Bloc patriotique serbe appelle à tenir un référendum avant de poursuivre les négociations sur l'adhésion de Belgrade à l'UE.

Les négociations sur l'entrée de la Serbie à l'UE sont contraires aux intérêts du pays et seul un référendum peut leur donner un feu vert, estiment les dirigeants du Bloc patriotique de Serbie auquel les sondages donnent environ 10% des intentions de vote aux législatives de 2016.

L'ouverture de deux nouveaux chapitres dans les négociations avec l'UE lundi dernier constitue un instrument de pression sur Belgrade, déclare le Bloc patriotique, qui comprend le Parti démocratique de Serbie (DSS), le mouvement Dveri et des intellectuels indépendants. 

Les chapitres en question portent sur la politique de sécurité et la normalisation des relations entre la Serbie et le Kosovo qui a unilatéralement proclamé son indépendance en 2008. Si Belgrade reconnaît l'indépendance du Kosovo, cette option serait idéale pour l'Union européenne. Mais les autorités serbes ont plusieurs fois refusé de le faire. 

Les discussions permettront notamment à l'Europe d'exercer d'autres pressions sur les autorités serbes et d'exiger que la Serbie adopte des sanctions contre la Russie, son partenaire de longue date, a rappelé jeudi à Belgrade Sanda Raskovic-Ivic, présidente de DSS.

Le président serbe Tomislav Nikolic a déclaré mercredi que Belgrade devrait insister pour que Bruxelles ne pose pas de conditions à la Serbie concernant ses relations avec la Russie, parce que Moscou lui-même ne le fait pas.

Moins de 50% des citoyens serbes se disent favorables à l'entrée de leur pays à l'Union européenne. Les autres sont soit hostiles à cette idée, soit très sceptiques, mais ils n'ont pas de représentants au parlement. Le référendum serait donc le seul moyen de savoir la volonté du peuple, d'après Sanda Raskovic-Ivic.

Le Bloc patriotique préconise la coopération avec l'Union européenne, mais se prononce contre l'adhésion à cette organisation, a pour sa part déclaré Bosko Obradovic, dirigeant du mouvement Dveri. 

Plus d'une centaine de personnalités publiques serbes ont signé une pétition en faveur du référendum en moins de 24 heures.

Les négociations d'adhésion à l'UE, qui prennent généralement des années, sont divisées en 35 chapitres très divers couvrant des domaines comme l'économie, l'énergie, l'Etat de droit… Il s'agit de rapprocher la législation et les pratiques du pays candidat à "l'acquis communautaire", préalable indispensable à une entrée dans le bloc européen. 

Lire aussi:

La Serbie entre l’Union européenne et la Russie
Vucic: l'UE reproche à la Serbie ses relations avec la Russie
Russie-Serbie: un accord militaire sans précédent
La Russie et la Serbie restent alliées
Tags:
conditions, négociations, référendum, adhésion, mouvement Dveri (Serbie), Parti démocratique de Serbie (DSS), Bloc patriotique de Serbie, Union européenne (UE), Sanda Raskovic-Ivic, Bosko Obradovic, Tomislav Nikolic, Russie, Kosovo, Serbie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook