Ecoutez Radio Sputnik
    L'avion stratégique russe Tu-160

    L'aviation russe a utilisé 20 missiles de croisière en Syrie

    © Fotobank.ru/Getty Images /
    International
    URL courte
    Frappes aériennes russes contre les terroristes en Syrie (419)
    291062
    S'abonner

    Les bombardiers stratégiques russes Tupolev Tu-160 chargés des missions en Syrie ont pour la première fois décollé de l'aérodrome septentrional d'Olenegorsk, situé dans la région de Mourmansk, avant de contourner l'Europe et de se retrouver dans la région de la Méditerranée.

    L'aviation russe à long rayon d'action a utilisé près de 20 missiles de croisière depuis le début de son opération contre le groupe terroriste Etat islamique (EI, Daech) en Syrie, a annoncé samedi le commandant adjoint de l'Aviation à long rayon d'action russe Anatoli Konovalov.

    "Au total, nous avons effectué près de 145 sorties. Nous avons largué plus de 1.500 bombes et utilisé près de 20 missiles de croisière", a indiqué le général Konovalov à la radio Echo de Moscou. 

    Un Su-30 et un bombardier Tu-160
    © Sputnik . Ministère russe de la Défense russe
    "Nos bombardiers stratégiques Tupolev Tu-160 chargés des missions en Syrie ont pour la première fois décollé de l'aérodrome septentrional russe d'Olenegorsk, situé dans la région de Mourmansk, avant de contourner l'Europe et de se retrouver dans la région de la Méditerranée. Ils ont porté leurs frappes en Syrie avec une haute précision", a ajouté le général.

    Selon lui, les Tu-160 ont utilisé des missiles de croisière et les bombardiers Tu-22M3 ont largué des bombes sur l'infrastructure de Daech.

    Tu-160
    © Sputnik .
    Tu-160
    Dossier:
    Frappes aériennes russes contre les terroristes en Syrie (419)

    Lire aussi:

    Déjà plus de 4.200 sorties aériennes russes en Syrie
    Obama annonce le début des opérations au sol en Syrie
    Tags:
    aviation stratégique, frappe aérienne, Tu-160, Tupolev Tu-22M (bombardier), Anatoli Konovalov, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik