International
URL courte
3111
S'abonner

Au Nigéria et dans les pays voisins, plus d’un million d’enfants sont privés d’école à cause des activités du groupe terroriste Boko Haram, selon l’Unicef.

L'organisation terroriste nigériane Boko Haram, affiliée à l'Etat islamique, sévit toujours en Afrique. En attaquant des centaines d'établissements scolaires, les terroristes obligent plus d'un million d'enfants à quitter leurs études, a dénoncé le représentant officielle du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef).

"Plus longtemps (les enfants) ne vont pas à l'école, plus ils risquent d'être maltraités, enlevés et recrutés par des groupes armés ", déclare Manuel Fontaine, le directeur régional de l'Unicef pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre.

En raison du conflit, plus de 2.000 écoles restent fermées au Nigeria, au Cameroun, au Tchad et au Niger; des centaines d'autres établissements ont été attaqués, dévastés ou incendiés par Boko Haram, précise l'Unicef.

Selon l'ordonnance du président nigérian Muhammadu Buhari, l'armée nigériane devra vaincre le groupe islamiste jusqu'à la fin de l'année. Mais même en cas de victoire, les autorités devront composer avec une société largement troublée par la déscolarisation d'une génération d'enfants.

Boko Haram, en lutte armée depuis 2009 dans le nord-est du Nigeria, a étendu ses actions ces derniers mois aux pays voisins, soit au Cameroun, au Tchad et au Niger. L'insurrection menée par Boko Haram a déjà fait plus de 17.000 morts et causé le déplacement de 2.6 millions de personnes.

Lire aussi:

Nigeria: Boko Haram revendique l'attentat-suicide contre une procession chiite
L'Algérie solidaire du Nigéria en lutte contre les islamistes de Boko Haram
En un an, Daech a perdu 14% de son territoire
Historique: le PSG se qualifie pour les demi-finales de la Ligue des champions pour la 1ère fois depuis 1995
Tags:
Unicef (Fonds des Nations unies pour l'enfance), Etat islamique, Boko Haram, Muhammadu Buhari, Niger, Tchad, Cameroun, Nigeria
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook