Ecoutez Radio Sputnik
    Lars Loekke Rasmussen

    Le Danemark appelle à réviser le statut des réfugiés en Europe

    © AP Photo / Jens Dresling
    International
    URL courte
    Crise migratoire (789)
    2154
    S'abonner

    Face à la crise migratoire la plus importante depuis la Seconde guerre mondiale, le premier ministre danois Lars Leukke Rasmussen exhorte les pays de l’UE à demander une révision de la Convention de l’Onu de 1951 relative au statut des réfugiés.

    "Si la situation actuelle continue de se dégénérer, il va falloir se pencher sérieusement sur la question d'un changement des règles du jeu, ce qui ne peut relever du Danemark seul", a déclaré le premier ministre, cité par le journal danois Local.

    Il est indispensable, poursuit-il, que la Convention de l'Onu en date du 28 juillet 1951 soit révisée afin de reconsidérer les droits des réfugiés dans un pays d'accueil où ils se sont rendus en premier lieu.

    "Supposons qu'un réfugié qui fuit la guerre dans son propre pays ait vécu deux ou trois ans en Turquie (sans y demander l'asile, ndlr). Dans ce cas-là, a-t-il le droit de se rendre par la suite dans un pays de l'UE et d'y demander l'asile? À l'heure actuelle la réponse est +oui+. Cependant, nous envisageons de relancer le débat", a confié le premier ministre.

    D'après M. Rasmussen, tous les pays de l‘Union européenne (UE), dont le Danemark fait partie, sont censés conjuguer leurs efforts afin de mettre à jour ladite Convention, qui date de 1951, soit six ans après la fin de la Seconde guerre mondiale.

    Ces derniers mois, les autorités danoises, sous l'impulsion du ministre des Réfugiés, des Immigrants et de l'Intégration Inger Støjberg, ont pris une série de mesures destinées à juguler le flux des réfugiés dans le pays. Parmi elles, la diminution des allocations aux réfugiés, mesure qui n'a pas manqué de faire réagir les journaux syriens, qui se sont empressés de déconseiller aux réfugiés de se rendre au Danemark.

    En outre, les migrants qui ont sur eux d'importantes sommes d'argent ou des objets précieux se doivent de payer leur séjour au Danemark le temps de l'examen de leurs demandes d'asile.

    Référendum au Danemark.
    © AP Photo / Christian Klindt Soelbeck
    Mais le pays pourrait rapidement être confronté à un nouveau problème: la Suède a récemment introduit un contrôle d'identité obligatoire sur les ferries à destination de ses ports ainsi qu'à ses frontières et sur le pont de l'Øresund (pont qui relie la ville de Malmö en Suède à la capitale danoise Copenhague, ndlr), ce qui risque de bloquer les migrants sur le sol danois. Dans ce cas, ils demeureront à la charge du gouvernement danois, ce qui ne sera sans doute pas du goût des autorités locales.

    Dossier:
    Crise migratoire (789)

    Lire aussi:

    Le Danemark sort d'une opération anti-piraterie pour sauver la Turquie
    Danemark: campagne électorale sur un site de rencontres
    Le Danemark construit sous la mer un tunnel vers l’Allemagne
    Le Danemark inflige une nouvelle entorse aux règles de Schengen
    Tags:
    crise migratoire, migration, réfugiés, Danemark, Turquie, Europe, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik