International
URL courte
La Turquie abat un Su-24 russe (187)
3322
S'abonner

La dégradation des relations avec Moscou s'est soldée pour Ankara non seulement par des sanctions, mais aussi par l'affaiblissement des positions de la Turquie en Syrie, est l'avis d'un ex-secrétaire général de l'Otan.

Tôt ou tard, la Turquie devra se réconcilier avec la Russie, a estimé dans son article pour Project Syndicate Xavier Solana, secrétaire général de l'Otan de 1995 à 1999.

Et d'expliquer que la lutte contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI, Daech) demeurait la priorité première pour l'Union européenne qui avait engagé le rapprochement avec Ankara à cause de la crise des réfugiés. D'autre part, les Vingt-Huit ont déjà reconnu que la lutte contre Daech impliquait la coopération avec Moscou. 

"Après les attaques terroristes de novembre à Paris, les tentatives de renforcer la coopération des pays dans la lutte contre le terrorisme, y compris entre la France et la Russie, se sont intensifiées. Et si la Turquie veut que ses relations avec l'UE s'améliorent, elle devra s'y joindre", écrit M.Solana.

Selon ce dernier, la Turquie, vu sa proximité territoriale avec la Syrie, aurait pu jouer un rôle particulièrement important dans la mise en place d'un processus de paix dans la région, si ses relations avec la Russie ne s'étaient pas dégradées brutalement, suite à la destruction par Ankara d'un avion militaire russe. 

"Les tensions entre Moscou et Ankara se sont soldées par des sanctions économiques russes contre la Turquie, mais ont aussi compromis les positions de cette dernière en Syrie", a souligné l'ancien secrétaire général de l'Alliance. 

Il compare l'actuelle situation de la Turquie à un "écheveau embrouillé", estimant que le pays n'arrivera à le démêler qu'en reconnaissant la nécessité de la stabilisation de la situation en Syrie et en faisant toute la lumière, une fois pour toutes, sur son propre rôle dans la lutte contre Daech. 

"Ankara ne peut et ne doit pas renoncer à l'idée de se réconcilier avec la Russie", est la conclusion de M.Solana. 

Les tensions entre Moscou et Ankara ont commencé suite à l'attaque d'un chasseur F-16 turc contre un bombardier russe Su-24 dans l'espace aérien syrien le 24 novembre. Un missile tiré par le F-16 a abattu l'avion russe engagé dans l'opération antiterroriste en Syrie et a provoqué la mort d'un pilote.

Le président russe Vladimir Poutine a qualifié la destruction de l'avion de "coup dans le dos" porté par les complices des terroristes et déclaré que cet incident aurait de graves conséquences pour les relations entre Moscou et Ankara.

Dossier:
La Turquie abat un Su-24 russe (187)

Lire aussi:

Combattant de Daech: "Nous avons suivi un entraînement en Turquie"
Opposant turc: "Qu'a gagné la Turquie en abattant un avion russe?"
La Turquie confirme de facto avoir planifié l’attaque du Su-24 russe
La France rappelle ses ambassadeurs à Washington et Canberra pour consultations
Tags:
Russie, Moscou, Turquie, Ankara, Vladimir Poutine, Javier Solana, Etat islamique, OTAN, djihadisme, terrorisme, attentat, lutte antiterroriste
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook