Ecoutez Radio Sputnik
    Le ministre slovaque des Affaires étrangères Miroslav Lajčák

    L'UE est loin d'avoir le leadership dans la crise migratoire

    © AP Photo / Vadim Ghirda
    International
    URL courte
    Crise migratoire (789)
    7180
    S'abonner

    Selon le ministre slovaque des Affaires étrangères Miroslav Lajčák, le système de quotas pour l'accueil des migrants dans tous les pays membres de l'UE était une décision précipitée.

    L'Union européenne n'a pas manifesté son leadership en matière de la crise migratoire, a déclaré samedi le chef de la diplomatie slovaque Miroslav Lajčák aux journalistes.

    "Au début de la crise migratoire il n'y avait pas de certitude que les pays membres de l'Union européenne puissent adopter une politique commune. Au lieu de cela il y avait des tentatives de certains pays de trouver une solution partielle. Mais seule une Union européenne forte et unie peut résoudre cette crise", a déclaré M.Lajčák.

    Selon le ministre, la différence de position de différents pays dans l'UE s'est dévoilée pendant cette crise. Certains pays sont membres de la zone euro, d'autres font partie de l'espace Schengen. 

    Le chef de la diplomatie slovaque estime que les pays-membres du groupe de Visegrád réunissant quatre pays d'Europe centrale (V4 – la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, la Hongrie) ont étonné de nombreux Européens.

    "C'était une nouveauté. Nous avons jusqu'ici été disciplinés et n'avons causé aucun ennui à l'UE. Les nouveaux membres de l'UE n'ont jamais été à l'origine des crises que l'Union européenne essaie de résoudre ces six ou sept dernières années. Nos partenaires sont habitués à ce que nous sommes toujours d'accord et acceptons toutes les décisions proposées", a souligné M.Lajčák.

    Cette fois, la position ferme des pays du Groupe de Visegrad a provoqué une réaction inadéquate de leurs partenaires occidentaux, qui ont proposé de limiter aux pays du V4 l'accès aux fonds de l'Union européenne.

    "Cette mesure est impossible à appliquer, car les fonds de l'UE n'ont rien à voir avec les quotas d'accueil des migrants. En tout cas, l'esprit européen a triomphé. Maintenant nos partenaires comprennent qu'un autre point de vue n'est pas un problème, mais plutôt un argument pour s'entendre" a ajouté M.Lajčák.

    Selon le ministre, le système de quotas d'accueil des migrants était une décision administrative précipitée, qui n'a pas été réellement discutée. Elle a été imposée à certains Etats lors de la réunion des ministres de l'Intérieur de l'UE par le vote majoritaire, ce qui a provoqué le mécontentement des opposants aux quotas.

    "A mon avis, les problèmes européens doivent être résolus d'une manière européenne sur la base d'un consensus général", a souligné le chef de la diplomatie slovaque.

    Dossier:
    Crise migratoire (789)

    Lire aussi:

    La crise migratoire à l'origine de troubles dans plusieurs villes de l'Europe
    Quand Ankara aggrave la crise migratoire
    La crise migratoire met en danger le Schengen et risque de diviser l'Europe
    Montée de la xénophobie en Allemagne, en pleine crise migratoire
    Tags:
    quotas, politique, réfugiés, migrants, Groupe de Visegrad, Union européenne (UE), Miroslav Lajčák, Hongrie, République tchèque, Pologne, Europe, Slovaquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik