Ecoutez Radio Sputnik
    Nouri al-Maliki

    L'exécution d'al-Nimr conduira à l'effondrement de l'Arabie saoudite

    © Sputnik . Ruslan Krivobok
    International
    URL courte
    13912812
    S'abonner

    L'Arabie saoudite a exécuté samedi 47 personnes condamnées pour "terrorisme", dont le haut dignitaire chiite Nimr Baqer al-Nimr, figure de la contestation contre le régime.

    L'exécution du haut dignitaire chiite Nimr Baqer al-Nimr est un "acte terroriste" qui risque d'entraîner l'effondrement de la famille royale saoudienne, a déclaré samedi Nouri al-Maliki, chef de la Coalition de l'Etat de droit, la plus grande coalition dans le parlement du pays, et ancien premier ministre irakien.

    "Nous condamnons cet acte terroriste, nous condamnons aussi les actions qui sèment la haine interconfessionnelle. Nous confirmons que ce crime mènera les autorités saoudiennes à leur renversement, comme c'était le cas avec Saddam Hussein après l'exécution de Mohammed Bakr al-Sadr", a indiqué M.al-Maliki dans la déclaration officielle publiée sur Facebook.

    L'Arabie saoudite a exécuté samedi Nimr Baqer al-Nimr, figure de la contestation contre le régime, et 46 autres personnes condamnées pour terrorisme. Il s'agit des premières exécutions de l'année 2016 dans ce royaume ultra-conservateur qui avait exécuté 153 personnes l'année dernière.

    Le cheikh Nimr avait été condamné à mort en octobre 2014 pour "sédition", "désobéissance au souverain" et "port d'armes" par un tribunal de Ryad spécialisé dans les affaires de terrorisme. Son arrestation en juillet 2012 s'était déroulée de manière mouvementée et deux de ses partisans avaient été tués au cours des manifestations qu'elle avait provoquées.

    Lire aussi:

    Exécutions en Arabie saoudite: indignation dans le monde chiite
    Arabie saoudite: 47 personnes exécutées pour terrorisme
    Pourquoi l’Arabie Saoudite économise-t-elle désormais ?
    L'Arabie saoudite est prête à tolérer les prix bas du pétrole
    Tags:
    politique, exécution, Mohammed Bakr al-Sadr, Nouri al-Maliki, Saddam Hussein, Arabie Saoudite, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik