International
URL courte
La crise irano-saoudienne (2016) (46)
37541
S'abonner

Tous les pays du Proche-Orient, dont l'Arabie saoudite et l'Iran, sont responsables de ce qui se passe actuellement dans la région, estime le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier.

Un nouveau conflit entre l'Iran et l'Arabie saoudite annihilait les efforts axés sur le règlement de la crise en Syrie, a déclaré le ministre dans une interview au quotidien allemand Bild publiée mardi.

"Il s'agit d'une nouvelle escalade dans les relations entre l'Arabie saoudite et l'Iran. Escalade qui pourrait réduire à néant tous nos efforts entrepris ces dernières semaines concernant la Syrie", a déclaré le ministre.

"J'espère que les agitations [provoquées par l'exécution d'un prédicateur chiite en Arabie saoudite, ndlr] vont bientôt se calmer, que la raison prendra le dessus et que Riyad et Téhéran se concentreront sur ce qui est vraiment important: le règlement des conflits armés et la recherche de solutions politiques en Syrie, au Yémen et dans d'autres points chauds", a ajouté M. Steinmeier.

Selon lui, tous les pays du Proche-Orient, en premier lieu l'Arabie saoudite et l'Iran, "assument leur responsabilité" devant la communauté internationale qui "cherche activement depuis des années à résoudre les conflits interdépendants dans la région".

"Nous avons besoin d'acteurs ayant le sens des responsabilités. Cela concerne aussi bien Riyad que Téhéran", a conclu le chef de la diplomatie allemande.

Dossier:
La crise irano-saoudienne (2016) (46)

Lire aussi:

"Face à l'Iran, l'Arabie Saoudite sera perdante malgré son argent et les USA"
L'Arabie saoudite annonce la rupture de ses relations diplomatiques avec l'Iran
Experts: l’Arabie saoudite s’opposera à l’Iran sur le pétrole
Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
Tags:
conflit, escalade, tensions, Frank-Walter Steinmeier, Proche-Orient, Arabie Saoudite, Iran, Syrie, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik