Ecoutez Radio Sputnik
    Mao Zedong

    Une statue dorée de Mao érigée dans la campagne chinoise

    © capture d'écran
    International
    URL courte
    26513
    S'abonner

    Une statue de Mao Zedong mesurant 36 mètres a été installée dans la province chinoise de Henan. Sa construction a coûté 3 millions de yuans (environ 420.000 euros).

    Selon le South China Morning Post, la construction de cette statue dorée en acier et béton a été entièrement financée par les habitants du district de Tongxu dans lequel elle a été érigée. Les habitants espèrent que cette curiosité attirera des touristes.

    En attendant, les utilisateurs des réseaux sociaux chinois sont assez critiques dans leurs commentaires à propos de la photo de la statue publiée sur le web. "Il ne ressemble pas au président Mao. Cela doit être un campagnard du pays", a ironisé l'un d'eux.

    La province presqu'entièrement rurale de Henan a payé un lourd tribut pendant le Grand Bond en avant, la campagne politique et économique lancée par le Grand Timonier entre 1958 et 1960 afin d'industrialiser le pays et obtenir une croissance économique. Cette expérimentation sociale avait provoqué une grande famine et coûté la vie à 20, voire 40 millions d'habitants.

    Mao Zedong, fondateur de la République populaire de Chine en 1949, l'a dirigée jusqu'à sa mort en 1976. Selon lui, la Chine avait besoin de sa propre version de la doctrine communiste à laquelle il a travaillé. A l'heure actuelle, Pékin estime officiellement que l'activité du Grand Timonier était constituée à 70% de victoires et à 30% d'erreurs.

     

    Lire aussi:

    Une statue géante de Mao Zedong édifiée en Chine
    La Chine fait un "grand bond" sur le marché mondial de l'or
    La Chine veut créer une nouvelle zone de libre-échange
    Chine: des passants sauvent une cycliste en soulevant la voiture qui l’a percutée.
    Tags:
    statue, monument, Grand Bond en avant (1958-1960), Mao Zedong, Province du Henan, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik