Ecoutez Radio Sputnik
    Recep Tayyip Erdogan

    NYT: Erdogan a de nouveau franchi la ligne rouge

    © AP Photo/ Burhan Ozbilici
    International
    URL courte
    751695214103

    Les pires craintes des partenaires occidentaux d'Ankara se sont réalisées après la victoire de Recep Tayyip Erdogan aux élections législatives turques.

    Le président turc a de nouveau franchi la ligne rouge dans une récente interview en faisant allusion à l'Allemagne hitlérienne, écrit le journal américain New York Times.

    "Depuis son arrivée au pouvoir il y a dix ans, il s'est servi de ses fonctions ministérielles et puis présidentielles pour supprimer les médias, les syndicats et d'autres opposants", indique le quotidien.

    Les pires craintes occidentales concernant le comportement du président turc se sont confirmées après la victoire de son Parti de la justice et du développement aux élections parlementaires de novembre dernier.

    Avant le vote, M.Erdogan avait repris sa guerre contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans l'objectif de relever sa cote de popularité, tandis qu'après le scrutin le président s'en est pris au Parti démocratique du peuple qui défend les droits des minorités ethniques, dont les Kurdes, au sein du parlement, rappelle le quotidien.

    "Erdogan aurait pu mettre un terme à la guerre et entamer le processus d'intégration des Kurdes dans la vie politique turque, mais au lieu de cela il progresse dans le sens opposé, ce qui pousse de plus en plus de gens à se radicaliser", écrit le NYT.

    Dans le même temps, le président turc ne prête pas assez d'importance à la lutte contre l'Etat islamique (Daech), attisant ainsi les tensions dans la région, estime le journal.

    Lire aussi:

    Erdogan ne sera jamais un partenaire pour l'Occident
    Erdogan s'inspire ouvertement d'Hitler, et on en comprend les raisons
    Pour Erdogan, le système présidentiel de l'Allemagne nazie est un modèle
    Tags:
    Parti démocratique des peuples (HDP) turc, minorités, cote de popularité, lutte antiterroriste, Kurdes, élections législatives, relations, Parti de la justice et du développement (AKP) turc, Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Etat islamique, Recep Tayyip Erdogan, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik