Ecoutez Radio Sputnik
    Migrants en Allemagne

    "Nous n'avions pas le droit d'arrêter les réfugiés"

    © REUTERS / Dominic Ebenbichler
    International
    URL courte
    Crise migratoire (787)
    281061

    "Au début, il y avait des femmes instruites avec enfants qui parlaient anglais. Maintenant, 95% des réfugiés sont des hommes solitaires", raconte un agent de police allemande.

    La police fédérale allemande a été sommée de ne pas arrêter les réfugiés qui cherchent à se sauver lors de la vérification des papiers, a déclaré au quotidien Bild un policier souhaitant garder l'anonymat.

    "Au début, il y avait plutôt des femmes avec enfants qui paraissaient instruites et qui parlaient anglais. Maintenant, 95% des réfugiés sont des hommes solitaires dont la moitié n'ont pas de passeports ou autres papiers", a-t-il indiqué, faisant part de son expérience de travail dans un centre de réfugiés.

    "Les gens ne reçoivent pas d'informations sur ce qui se passe en réalité. Un réfugié a voulu couper la gorge à un autre. Mais dans le rapport, on a écrit "blessures graves" et pas "tentative d'homicide". C'est mieux à lire dans les statistiques."

    "Si un réfugié veut prendre la fuite lors de la vérification de ses papiers, nous n'avons même pas le droit de l'arrêter. C'est imposé d'en haut. Ce seraient des actes de violence. La règle intérieure stipule: il vaut mieux le laisser fuir", confie le policier.

    L'interview a été publiée sur fond de violences sexuelles qui ont fait rage dans la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne. Un millier de personnes, des migrants pour la plupart, ont agressé des femmes. A l'heure actuelle, la police a enregistré plus de 500 plaintes. Les victimes dénoncent des vols, des insultes et des viols. Cependant, un communiqué de presse publié par la police de Cologne le 1er janvier n'a rien dit de ces incidents.

    Dossier:
    Crise migratoire (787)

    Lire aussi:

    Allemagne: chasse à l'étranger en plein Cologne
    Plus de 500 plaintes enregistrées après les agressions de Cologne
    Après Cologne, une vague d’agressions sexuelles atteint la Finlande
    Allemagne: heurts à Cologne entre manifestants et forces de l'ordre
    Tags:
    migrants, criminalité, police, réfugiés, Cologne, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik