International
URL courte
35342
S'abonner

Les pays d'Europe orientale et centrale ont des intérêts trop divergents pour pouvoir contrer ensemble les tendances négatives constatées dans l'UE.

L'Union européenne se désintègre progressivement sous l'effet de la crise migratoire et économique. La Pologne, se considérant comme un "leader naturel de l'Europe centrale et orientale", essaie de réunir, y compris contre la Russie, des pays comme la République tchèque, la Slovaquie, la Roumanie, la Hongrie, la Lituanie et d'autres. Mais les objectifs de ces Etats entrent souvent en conflit, notamment avec ceux de la Pologne, ce qui rend cette unification assez problématique, notent des analystes du think-tank Stratfor.

"Etant donné que l'Europe est de plus en plus divisée, les bénéfices économiques et sécuritaires qui devaient résulter du partenariat avec l'Union européenne ne sont plus évidents pour certains pays d'Europe centrale et orientale. Pour cette seule raison, la Pologne et la Hongrie étaient et restent critiques envers les institutions de l'UE. Ils défendront les mesures visant à geler le processus d'intégration continentale tout en cherchent à récupérer les prérogatives nationales transférées à Bruxelles".

Selon les analystes, la Pologne travaillera avec les gouvernements des autres pays de la région. Varsovie essaiera de resserrer ses liens avec la République tchèque, la Slovaquie, la Roumanie, la Hongrie et les pays baltes pour élaborer un ordre du jour commun. Toutefois, ce sera complexe car ces pays ont des approches différentes des menaces qui, d'après les autorités polonaises, émanent de la Russie.

"La Roumanie et la Lituanie partagent le point de vue polonais sur la Russie et prônent des liens plus étroits avec l'Otan dans la région ainsi que le régime actuel des sanctions. La Pologne, la Lituanie, la Roumanie et la Slovaquie sont également préoccupées par la domination des ressources énergétiques russes et coopéreront en vue de réduire leur dépendance", notent les experts.
Cependant, selon eux, les divergences entre les intérêts de la Pologne et ceux des autres pays sont très nombreuses.

"La Pologne et la Hongrie voient différemment le rôle de la Russie. La Slovaquie, tout comme la Hongrie, préconise une position plus souple à l'égard de la Russie, car elle est préoccupée par sa sécurité énergétique. La Lituanie, quoiqu'elle partage l'attitude polonaise envers la Russie, ne partage pas son euroscepticisme", note l'article.

Lire aussi:

En quête d'appui militaire, la Pologne plaide la "menace russe"
McCain: augmenter la propagande pour vaincre la Russie
Vive la Pologne Monsieur !
Varsovie répond aux propositions européennes de la mettre sous surveillance
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik