International
URL courte
Crise migratoire (789)
25633
S'abonner

Un officiel de la ville bavaroise de Landshut a envoyé un bus rempli de 31 réfugiés aux portes de la Chancellerie fédérale allemande à Berlin aujourd'hui, 14 janvier.

Le 28 octobre 2015, le chef de l’administration de Landshut Peter Dreier avait prévenu Angela Merkel lors d'une conversation téléphonique:

"Si l'Allemagne prend un million de réfugiés, alors mathématiquement, 1.800 doivent être envoyés dans mon district. Je les prendrai, mais au-delà de ce nombre, ils seront envoyés par bus à la Chancellerie, à Berlin".

Elle s'appelle Angela Merkel, et elle est Syrienne
© AFP 2020 DPA / BERND VON JUTRCZENKA
En disant cela, l'homme politique bavarois ne faisait pas que jeter des propos en l'air. Ce matin, un bus rempli de réfugiés est parti du district de Basse-Bavière à destination de Berlin, rapporte le quotidien allemand die Welt.

M.Dreier a préalablement averti tous les passagers clandestins de la nature de leur voyage à travers l'Allemagne – tout le monde dans le bus y était de plein gré. L'officiel bavarois voulait par ailleurs lui-même entreprendre le trajet en compagnie des réfugiés syriens afin de rencontrer personnellement la chancelière allemande.

​L'officiel de Landshut estime que Berlin ne comprend pas tout à fait le système de l'accueil des réfugiés. Malgré le fait que le nombre de nouveaux immigrés ait diminué, le problème est loin d'être résolu car les migrants arrivés ces derniers mois au pays n'ont pas bougé.

"Si vous m'envoyez des bus, alors je devrai en réalité les renvoyer en Grèce. Mais de là, ils retourneront simplement jusqu'à vous " aurait répondu Angela Merkel à l'officiel bavarois.


Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

Le parti de Merkel veut fermer les frontières aux migrants
Crise migratoire: Merkel juge l'Europe "vulnérable"
Violences à Cologne: Merkel annule sa visite à Davos
La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Tags:
crise migratoire, réfugiés, Peter Dreier, Angela Merkel, Bavière, Syrie, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook