Ecoutez Radio Sputnik
    La République tchèque désapprouve les quotas de migrants

    La République tchèque désapprouve les quotas de migrants

    © AFP 2019 RADEK MICA
    International
    URL courte
    Crise migratoire (786)
    6241

    Le règlement de la crise migratoire passe par le soutien des pays submergés par l'immigration de grande envergure, ainsi que par la protection des frontières de l'espace Schengen, affirme le ministre tchèque de l'Intérieur Milan Chovanec.

    A l'approche du sommet des ministres de l'Intérieur du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, République tchèque et Slovaquie), qui se tiendra le 19 janvier à Prague, le ministre tchèque de l'Intérieur Milan Chovanec a commenté la crise migratoire dans une interview accordée à l'agence tchèque CTK.

    Le ministre a lié le règlement de la crise migratoire à l'apport d'un appui aux pays submergés par une immigration de grande envergure, ainsi qu'à la protection des frontières de l'espace Schengen.

    "Les quotas sont une mesure insensée, je crois que chacun le sais. Nous devons clairement déclarer que les frontières de la zone Schengen sont impénétrables, elles ne sont pas un tamis", a annoncé M.Chovanec.

    Bien qu'en juin dernier les pays-membres de l'UE se soient mis d'accord pour créer des centres migratoires spéciaux dans les pays supportant le poids de l'afflux des migrants, ces centres sont construits très lentement, rappelle le ministre.

    "Je crains que si ça continue à ce rythme, ces centres ne seront pas opérationnels au printemps, quand une nouvelle vague de migrants pourrait arriver", a-t-il souligné.

    En outre, le ministre a déclaré que la police tchèque continuerait à patrouiller à la frontière avec l'Autriche. En sept mois de contrôles resserrés, les policiers tchèques ont arrêté 3.300 personnes.

    Le contrôle des frontières, selon lui, est une mesure nécessaire, car l'Europe reçoit quelques centaines de migrants chaque jour, qui peuvent alors essayer de se déplacer illégalement sur le territoire tchèque.

    Le flux de migrants s'est moins ralenti que ce qu'il avait été prévu auparavant, a conclu le ministre en précisant que cela était dû au climat chaud qui règne en Europe cet hiver.

    Dossier:
    Crise migratoire (786)

    Lire aussi:

    Crise migratoire: Merkel juge l'Europe "vulnérable"
    L'Allemagne durcit sa politique migratoire
    Ex-président tchèque: un "tsunami migratoire" va déferler sur l'Europe
    L'UE impuissante face à la crise migratoire
    La crise migratoire à l'origine de troubles dans plusieurs villes de l'Europe
    La crise migratoire met en danger le Schengen et risque de diviser l'Europe
    Tags:
    crise migratoire, Groupe de Visegrad, Union européenne (UE), Milan Chovanec, République tchèque
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik