Ecoutez Radio Sputnik
    La Belgique veut chasser la Grèce de l'espace Schengen

    La Belgique veut chasser la Grèce de l'espace Schengen

    © AP Photo / Giannis Papanikos
    International
    URL courte
    38267
    S'abonner

    Pour endiguer l'afflux de migrants, la Belgique a demandé à la Grèce de fermer ses frontières avec les pays de l'espace Schengen.

    Les ministres de l'Intérieur des pays européens ont proposé de concevoir une procédure pour "activer l'article 26 du Code frontières Schengen". Cet article autorise un ou plusieurs Etats membres de l'UE à prolonger le contrôle aux frontières intérieures pour une durée de deux ans, mais à condition que cette décision soit approuvée par tous les membres de l'UE.

    Selon le journal italien La Repubblica, la Belgique a demandé de "chasser la Grèce de l'espace Schengen". Athènes aura trois mois pour rétablir le contrôle à ses frontières et enregistrer les demandeurs d'asile venant de Turquie. A défaut, les frontières grecques seront fermées sur injonction de Bruxelles, le pays se retrouvera dans l'isolement et les réfugiés seront pris au piège, ce qui ne tardera pas à provoquer une crise humanitaire. Il est à noter que cette initiative émane de pays désireux de sauvegarder l'espace Schengen, en l’occurrence de l'Allemagne, des Pays-Bas et du Luxembourg.

    Même si les ministres européens de l'Intérieur s'accordent sur la nécessité de ne pas "démanteler Schengen", chaque pays de l'UE invoque ses propres arguments pour justifier la "suspension provisoire" de la liberté de circulation. La France ferme ses frontières parce qu'elle craint les terroristes, l'Allemagne fait la même chose pour affaiblir la lutte politique intérieure qui affecte notamment le parti de la chancelière fédérale Angela Merkel, la Suède compte la proportion la plus élevée de migrants par rapport à sa population et l'Autriche n'a pas suffisamment de fonds pour assurer l’accueil des nouveaux arrivants. Quant à la Pologne et aux pays baltes, ils ont dès le début déclaré qu'ils n'étaient pas prêts à accueillir de réfugiés. Il se trouve donc que l'Italie et la Grèce risquent de rester seules face à l'afflux de migrants qui prend de nouveau des proportions de plus en plus inquiétantes.

    Ainsi, dans la nuit du 25 au 26 janvier, le bâtiment de guerre italien Bettica a secouru un bateau aux larges de la Sicile, lequel transportait 122 migrants, dont 30 femmes et six enfants. La même nuit, 124 autres migrants ont été secourus par l'équipage du navire Dattilo non loin des côtes libyennes et transportés à Lampedusa. Au total, les garde-côtes italiens ont sauvé 1.333 immigrés clandestins entre vendredi et lundi derniers.

    Le ministère italien de l'Intérieur estime qu'en cas de fermeture de l'espace Schengen, les migrants changeront d'itinéraire et tenteront de gagner la région des Pouilles via l’Adriatique depuis l’Albanie et le Monténégro.

    Lire aussi:

    L’espace Schengen au bord de l’abîme
    La crise migratoire met en danger le Schengen et risque de diviser l'Europe
    Lagarde: la crise des migrants menace la survie de l'espace Schengen
    Tags:
    Espace Schengen, Union européenne (UE), Angela Merkel, Italie, Grèce, Belgique, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik