International
URL courte
L'Etat islamique (2014) (1131)
5110
S'abonner

L'Agence nationale d’enquête de l'Inde (National Investigation Agency) a déclaré avoir identifié, sur le territoire du pays, les chefs de la branche indienne du groupe terroriste Etat islamique. Les terroristes préparaient des attaques contre des étrangers dans l'Etat du Goa, dans l’est du pays.

"Les agents du service de lutte contre le terrorisme de l'Etat du Maharashtra ont identifié les dirigeants de la branche indienne de l'Etat islamique et l'ont empêché d'effectuer une série d'attentats. Selon les informations les plus récentes, les groupes terroristes avaient préparé une série d'attaques contre des étrangers dans l'Etat littoral de Goa, ainsi que dans les plus grandes villes du Maharashtra: Mumbai et Pune. Quelques suspects ont été interpellés, l'enquête est en cours", a fait savoir un représentant du service.

Entre autres, sur la liste des terroristes identifiés figurent le chef de la cellule, son adjoint et le responsable du recrutement de nouveaux djihadistes.

La chaîne de télévision NDTV annonçait lundi l'arrestation du suspect supposément impliqué dans les activités de Daech dans la ville de Bhopal, dans le centre de l'Inde. Il est le 16e sur la liste des suspects figurant dans une affaire initiée en décembre dernier. Son nom a été communiqué par ses complices lors des interrogatoires. Selon la police, l'interpellé exerçait les fonctions de coursier liant différentes cellules du réseau terroriste et participait aux réunions en vue de planifier des attentats. L'arsenal des islamistes comprenait, entre autres, des flacons de peroxyde d'hydrogène et de nitrate de potassium.

Dossier:
L'Etat islamique (2014) (1131)

Lire aussi:

L'Afghanistan rejoint la coalition anti-Daech
La Turquie n'a pas le feu vert de Washington pour lutter contre Daech
En Afghanistan, une frappe US fait taire la radio de Daech
Tags:
lutte antiterroriste, terrorisme, chef de guerre, interpellation, Etat islamique, Inde
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook