Ecoutez Radio Sputnik
    La commission néerlandaise présente son rapport sur le crash du vol MH17

    Crash du MH-17: des médias néerlandais dévoilent le mensonge de Kiev

    © REUTERS / Michael Kooren
    International
    URL courte
    Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine (285)
    1123713

    Un hebdomadaire néerlandais a publié un article qui accuse les autorités ukrainiennes de mensonge. Il s'agit de l'enquête sur le crash du Boeing malaisien dans le ciel du Donbass en juillet 2014.

    "MH17: l'Ukraine s'est-elle empêtrée dans des mensonges?", tel est le titre d'un article d'Eric Vrijsen paru dans l'hebdomadaire Elsevier. Très gênante pour Kiev, cette publication montre avec une logique implacable que l'Ukraine cherche nerveusement à se disculper chaque fois qu'il est question de la catastrophe dans le ciel du Donbass.

    Mais l'Ukraine n'est pas la seule à s'enferrer dans ses propres mensonges. La position des Pays-Bas, formulée l'année dernière dans le rapport d'enquête technique sur le crash du vol MH17, ne manque pas non plus de rendre perplexe la Russie, qui y voit une tentative d'ignorer un grand nombre de preuves.

    Ainsi, la partie du rapport concernant la destruction de l'avion par un missile sol-air Bouk comporte de nombreux éléments contradictoires. Afin d'adapter les faits aux résultats formulés d'avance, le rapport technique présente une version étrange du missile faite d'éléments disparates. Cette astuce a pour but de justifier les conclusions émises avant le début de l'enquête. Inutile de dire qu'il s'agit de conclusions infondées. L'Agence fédérale russe du transport aérien (Rosaviatsia) le démontre faits à l'appui.

    On apprend également que les enquêteurs néerlandais n'ont pas demandé les relevés des radars, ce qui est démenti par Kiev, qui affirme avoir fourni à la commission d'enquête toutes les informations réclamées.

    Mais alors, lequel des deux protagonistes ment? Le Conseil néerlandais de sécurité chargé de l'enquête ou bien les autorités ukrainiennes? C’est la question, somme toute logique, posée par Eric Vrijsen, laquelle est loin d'être anodine: 18 mois se sont écoulés depuis la catastrophe, mais les enquêteurs n'en ont cité ni les causes, ni les coupables. Pire, ils continuent à échafauder autour du crash des montagnes de contre-vérités.

    De fait, les arguments des experts russes ne sont pris en compte que lorsqu’ils arrangent les experts néerlandais. Les médias occidentaux font l'objet de pressions sans précédent. Tout cela ne vise qu'un seul objectif: blanchir les vrais responsables de la mort de 300 civils dans le ciel ukrainien.

    Dossier:
    Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine (285)

    Lire aussi:

    La Russie relance l'enquête sur le crash du vol MH17
    Vol MH17: un policier néerlandais vendait des "souvenirs" du crash
    Crash du MH17: Moscou offre sa collaboration à la Malaisie
    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Tags:
    radar, enquête, MH17, crash d'avion, Rosaviatsia, Bureau d'enquête néerlandais pour la sécurité (OVV), Pays-Bas, Donbass, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik