International
URL courte
30592
S'abonner

La Turquie a trop longtemps flirté avec les islamistes radicaux favorables à Ankara, tant qu'ils se battaient contre le président syrien Bachar el-Assad, et n'a pas été préparée pour les conséquences dangereuses d'une telle politique.

Le gouvernement du président turc Recep Tayyip Erdogan se débrouille mal face aux défis géopolitiques complexes d'aujourd'hui, rapporte le journal britannique Economist.

Une partie des problèmes de la Turquie réside dans son incapacité à faire preuve de finesse diplomatique, particulièrement sur fond de confrontation actuelle entre la Russie et l'Otan.

Ankara ne peut pas établir des relations stables avec ses alliés les plus proches, en particulier avec l'UE qui est le principal partenaire commercial de la Turquie. Une approche pragmatique domine au lieu d'une coopération stratégique car les pays européens, craignant une détérioration de la crise migratoire, proposent au gouvernement turc de renforcer le contrôle sur la frontière syrienne en échange de la reprise des négociations sur l'adhésion de la Turquie à l'UE. Le gouvernement d'Erdogan à son tour essaye d'astreindre l'Europe à faire de plus grandes concessions.

"Les relations ne peuvent pas être qualifiées de chaudes. La plupart des gouvernements européennes considèrent la Turquie comme un tampon plutôt qu'un partenaire", note l'édition.

Le pays est menacé d'isolement, et l'incident avec le bombardier russe Su-24 a souligné la réalité de cette menace. La confrontation avec Moscou s'est soldée par des sanctions russes, dont les pertes sont déjà estimées à 0,7% du PIB turc. En outre, Ankara consomme du gaz majoritairement en provenance de la Russie, alors que les entreprises de construction turques ont des contrats russes pour un montant de plus de 10 milliards de dollars.

"La Turquie risque de s'engager dans un affrontement non planifié mais potentiellement coûteux", estime The Economist.

De plus, les conséquences de la politique d'Ankara en Syrie sont une autre menace importante. Les deux attentats terroristes qui ont eu lieu en Turquie, l'année dernière, ont été revendiqués par l'Etat islamique. Plus d'une centaine de personnes ont trouvé la mort suite à ces attaques à Ankara en octobre 2015 et à Istanbul en janvier 2016.

Pour un pays qui se considère protégé de l'instabilité au Proche-Orient ces événements ont été un grand choc. La Turquie a trop longtemps flirté avec les islamistes radicaux en Syrie, parce qu'ils se battaient contre Bachar el-Assad, et les événements à Ankara ont montré la réticence d'Erdogan à reconnaître que sa politique était dangereuse et lourde de conséquences.

Lire aussi:

Erdogan: les Kurdes ont des armes fabriquées en Occident
"Assassin!": l’accueil chaleureux réservé par Quito à Erdogan
Quand l’Europe "baise les pieds d’Erdogan"
Erdogan sur le point de mettre la presse turque en échec et mat
Erdogan est imprévisible et peut déclencher une opération militaire en Syrie
Académiciens turcs vs Erdogan
Tags:
crise migratoire, relations, politique, terrorisme, Etat islamique, Union européenne (UE), The Economist, Bachar el-Assad, Recep Tayyip Erdogan, Syrie, Ankara, Russie, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook