International
URL courte
Crise migratoire (789)
25127
S'abonner

Les restrictions déjà introduites coûteront aux Européens trois milliards d'euros par an.

Alors que la crise migratoire monte en puissance en Europe, la Commission européenne met en garde les pays de l'UE: en cas de rétablissement de contrôles frontaliers et de sortie des accords de Schengen, les pertes éventuelles se chiffreront en milliards d'euros.

Selon les estimations publiées mercredi à Bruxelles, la désintégration de l'espace Schengen pourrait coûter à ses membres jusqu'à 18 milliards d'euros, note la radio Deutsche Welle. Le document présenté par la Commission européenne indique notamment que les mesures supplémentaires de contrôle des frontières coûteront 7,1 milliards d'euros. Le président de la Commission Jean-Claude Juncker avait fait savoir que les pays européens devraient payer trois milliards d'euros par an pour les restrictions déjà adoptées.

En outre, la Commission européenne a nommé les pertes indirectes liées à la fermeture de l'espace Schengen. Ce sont le secteur des transports et de la logistique mais aussi le marché du travail qui en pâtiront le plus. Le retour au régime des visas signifiera des pertes à hauteur de 10 à 20 milliards d'euros par an pour le secteur touristique.

Par ailleurs, Bruxelles et les pays de l'Union européenne ont appelé la Grèce à redoubler d'efforts afin de régler la crise migratoire et de protéger ses frontières. D'autre part, selon le commissaire européen chargé de la migration Dimitris Avramopoulos, la situation en Grèce serait moins explosive si le pays recevait plus de soutien de la part des autres Etats européens.

L'espace Schengen, entré en vigueur le 26 mars 1995, réunit 26 Etats. Ces derniers temps, l'afflux de migrants force les pays à envisager de modifier les règles de l'espace et de contrôler les frontières de façon plus stricte.

Selon les règles en vigueur, tout pays membre de l'espace a le droit de fermer ses frontières pour une période allant jusqu'à six mois mais certains responsables européens souhaitent la porter à deux ans. 

Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

Le plan de répartition des réfugiés au bord de l'échec
Les problèmes de Schengen retombent sur la Grèce
Europe: la frontière sud sans protection contre les migrants
L’Autriche appelle l’UE à envoyer des soldats dans les Balkans
Tags:
accords de Schengen, crise migratoire, Espace Schengen, migrants, Union européenne (UE), Europe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook